Amérique Latine

ARGENTINE : Solidarité avec la CTERA

Le pays, dirigé depuis fin 2015 par le président Mauricio Macri, s’enfonce dans la crise économique. Les réformes néolibérales qui ont été mises en place depuis son élection étaient censées doper l’économie, mais elles ont, au contraire, fragilisé le pays au point de contraindre en juin dernier le président Macri, en raison d’une inflation galopante et une dévaluation importante de la monnaie, à faire appel au FMI -réveillant le douloureux souvenir du saccage du début des années 2000. Au déblocage de l’aide du FMI s’est ensuivi l’annonce de réformes encore plus drastiques et des coupes budgétaires dans le budget de l’État. Les services publics sont gravement touchés. Dans ce contexte, les professeurs argentins sont le fer de lance de la contestation de la politique économique du gouvernement.

La CTERA, la principale fédération de syndicats enseignants, a déjà réalisé, ces derniers mois, plusieurs grèves et manifestations très suivies. Le SNES-FSU soutient les actions du 13 septembre prochain de la CTERA qui revendique de meilleurs salaires et retraites, un meilleur budget pour l’Éducation et l’Université, car, comme le dit sa présidente, Sonia Alesso, « l’Éducation est en danger ». Les 24 et 25 septembre, la CTERA s’associera à la grève générale pour protester contre la politique d’austérité. Le SNES-FSU a adressé un message de solidarité à l’issue de son Conseil national de septembre .

Par ailleurs, il soutient les Argentines et Argentins qui luttent pour l’accès à l’IVG. Malgré le vote d’une loi en faveur de l’IVG, l’Église fait barrage à son application, notamment via le Sénat.

Autres articles de la rubrique Amérique Latine