Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Une comédie de Pablo Berger (Espagne-France)

« Abracadabra » Sortie en salles le 4 avril 2018.

Carmen est mariée depuis vingt ans à Carlos, un homme macho, fan de foot, et qui ne lui prête plus guère attention. Après une séance d’hypnose pour laquelle il s’est porté volontaire à l’occasion du mariage d’un parent, Carlos s’est retrouvé complètement métamorphosé du jour au lendemain. Il devient soudain un parfait époux, amoureux, attentif, précautionneux.

Cinéma : Abracadabra

Carmen est une femme au foyer soumise, dont le mari, par jalousie, n’a jamais voulu qu’elle travaille en dehors de la maison. Carmen était devenue invisible aux yeux de son époux et elle qui aimait tant danser n’en a jamais plus eu l’occasion. Elle végète au sud le Madrid, dans un gratte-ciel aux mille fenêtres.

Avant d’être un espagnol, Carlos est supporter du Real de Madrid. Il travaille dans le bâtiment comme grutier. Il éprouve pour Pepe, le cousin de Carmen, une haine viscérale. A cinquante ans, Pepe vit toujours chez ses parents. De tout temps, il a été amoureux de Carmen. Il est agent de sécurité dans une grande surface et porter un uniforme lui donne l’impression d’être quelqu’un d’important. A cinq ans, il était déjà intéressé par le mentalisme et avait été impressionné quand il avait vu un soir à la télévision, un illusionniste plier une cuillère par sa seule volonté.

«  Abracadabra  » débute sur les chapeaux de roue comme une franche comédie bon enfant qui assume l’aspect un peu facile des situations. Mais ça fonctionne bien et on attend la suite. Mais après ce début excentrique, le récit s’essouffle et les effets deviennent, à mesure qu’on avance dans le vif du sujet, de plus en plus laborieux. Le film change de ton et dès lors semble chercher sa voie.

«  Blancanieves  », le film précédent de Pablo Berger était en noir et blanc ; «  Abracadabra » est au contraire saturé de couleurs vives. «  Blancanieves  » était muet ; «  Abracadabra  » est très bavard ; « Blancanieves » était un mélodrame gothique : «  Abracadabra  » est une comédie noire.

Le sentiment de légère confusion qui flotte sur le récit de «  Abracadabra  » laisse penser que le film n’a pas atteint son objectif de comédie déjantée et que, pour compenser le manque, le réalisateur a noyé son récit dans des débordements musicaux et un montage en trompe-rythme.

L’impression globale est mitigée jusqu’au bout, même si les comédiens s’acquittent parfaitement de leur partition, si Maribel Verdù est aussi magistrale dans la comédie que dans le drame et la demi-teinte .Et si Antonio De La Torre est un Carlos multiple avec à chaque fois le même inventivité de jeu, le même bonheur.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)