Éditos

Acharnement

La recherche obsessionnelle de supposés gisements d’économies conduit la Cour des comptes à d’inquiétants rabâchages. Ainsi fin mai, la Cour a-t-elle sorti un rapport déplorant l’augmentation du nombre de contractuels dans l’Éducation nationale et identifié des causes éventuelles comme le défaut d’attractivité du métier enseignant. Mais restée au milieu du raisonnement, elle n’a pas conclu aux besoins de prérecrutements et de revalorisation. Elle s’est laissée aller à retrouver ses pistes préférées, de l’annualisation du temps de travail des enseignants à la bivalence. Foin de toute considération pédagogique, l’argent est roi.
Le décret régissant les obligations de service des enseignants du second degré a été rénové en 2014 et, sous la pression du SNES-FSU, maintient un service hebdomadaire défini en heures de cours.
La date récente de la réforme rendant plus difficile un nouveau changement, la Cour a trouvé un autre os à ronger, celui de la formation des enseignants : moins de contenus disciplinaires, polyvalence, probable statut de contractuel entre les épreuves d’admissibilité et d’admission, « rationalisation » de l’offre de formation... de quoi effectivement attirer davantage d’étudiants vers les concours du second degré !
Faire évoluer une formation actuellement insatisfaisante est nécessaire, cela ne veut pas dire l’appauvrir, et l’attractivité de nos métiers passe par un plan beaucoup plus large de revalorisation à tous les niveaux.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • L’arnaque
    Après une série d’attaques l’année dernière contre les fonctionnaires (gel des salaires, jour de carence...), après l’annonce récente des suppressions de postes dans l’Éducation nationale, l’exécutif... Lire la suite (12 octobre)
  • Passe-passe
    On savait le ministre de l’Éducation maître dans la communication mais, sur le budget, l’exercice était difficile et la crédibilité du discours vite perdue. Pourtant, Jean-Michel Blanquer avait... Lire la suite (22 septembre)
  • Du brutal
    Faire des cadeaux fiscaux aux entreprises et aux plus aisés, s’étonner qu’il n’y ait plus d’argent dans les caisses de l’État pour financer des projets puis feindre de constater que les réformes prévues... Lire la suite (29 août)
  • Reprendre haleine !
    L’exercice périlleux mais désormais habituel de déni des difficultés de la prochaine rentrée a battu son plein tout le printemps de la part des recteurs. Nul doute que le ministre, à la fin de l’été,... Lire la suite (29 juin)
  • Vérité des prix
    Emmanuel Macron surjoue le modernisme tout en appliquant de vieilles recettes libérales, de son côté Jean-Michel Blanquer ne rate aucune occasion pour vanter l’école « du bon vieux temps » tout en... Lire la suite (18 mai)