Actualité théâtrale

au Théâtre de La Commune d’Aubervilliers, partenaire réduc’Snes

"Aden Arabie" de Paul Nizan, et "De Gaulle en mai"… deux créations simultanées et complémentaires, conçues l’une par Didier Bezace, l’autre par Jean-Louis Benoît

"Aden Arabie" de Paul Nizan, est adapté et mis en scène par Didier Bezace. Représentations au Théâtre de la Commune jusqu’au 30 novembre 2008.
En 1926-1927, Paul Nizan fait un séjour à Aden. Ce n’est que quatre années plus tard, en 1931, que ce jeune écrivain, récemment inscrit au Parti communiste, écrit sous la forme d’un pamphlet contre le capitalisme et la bourgeoisie"Aden Arabie". Cet ouvrage écrit dans une période de crise, de révolte rimbaldienne, précise la limite qu’il établit entre le Parti communiste et le reste de la Gauche en France.
Pour Paul Nizan, Aden devient le symbole du colonialisme et de l’exploitation humaine. La virulence avec laquelle il aborde son sujet n’a d’égale que sa sincérité et marque définitivement son engagement politique.
Trente ans plus tard, Jean-Paul Sartre rédige la préface qui accompagne la réédition du texte.
C’est Paul Nizan qui écrivait cette phrase restée dans les mémoires : "J’avais vingt ans et je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie". Une phrase qui est restée dans les mémoires parce que, de génération en génération, elle résonne toujours de la même façon, comme l’expression d’une inquiétude reconduite…
Paul Nizan est né en 1905, à Tours. Sa rencontre avec Sartre se produit en 1916 au Lycée Henri IV. Elle se poursuit au Lycée Louis-le-Grand jusqu’en 1923 en classes d’hypokhâgne et Khâgne. Après avoir été reçu, en même temps que Sartre au Concours de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, il part pour Aden comme précepteur dans une famille anglaise.
En 1927, il adhère au Parti Communiste et conduit parallèlement une carrière politique et d’écrivain. Le 23 mai 1940, il meurt sous les tirs allemands et le dernier roman qu’il écrit ne sera jamais retrouvé.
Didier Bezace est le co-fondateur du Théâtre de l’Aquarium en 1970. Nommé le 1erjuillet 1997 directeur du Théâtre de la Commune, il mène de front une carrière d’acteur au théâtre, au cinéma et à la télévision. Parmi ses mises en scène les plus marquantes "Avis aux intéressés" de Daniel Keene en 2005, "La version de Browning" de Terence Rattigan ou "La maman bohême" de Dario Fo. Nous avons déjà publié un grand entretien de Didier Bezace dans l’Us-Magazine.

"De Gaulle en mai" extraits du Journal de l’Elysée de Jacques Foccart.
Textes organisés et mis en scène par Jean-Louis Benoît, du 14 au 20 novembre 2008 au Théâtre de la Commune.
Jacques Foccart était conseiller en matière africaine et ami du Général de Gaulle. Il écrivit un journal pendant les journées de mai 1968 dans lequel apparaissait sous un jour surprenant, un homme qui, en s’éloignant des préoccupations et mécontentements qui s’exprimaient dans le pays, finissait par établir une distance favorable au désordre….
Ce n’est pas la première fois que Jean-Louis Benoît adapte et met en scène du théâtre-documentaire. Déjà, il y a une vingtaine d’années, il avait mis en scène l’enregistrement d’un conseil de classe . Si "Un conseil de classe très ordinaire " était un spectacle hilarant, il n’en était pas moins critique en posant notamment le problème de la sélection des élèves par le biais des matières scientifiques… Plus tard, un discours de François Mitterand lui inspira un autre spectacle. Ce fut " Les voeux du Président" vision cruelle d’un premier septennat basée sur le fossé creusé entre la parole politique et le citoyen.
La première nuit de reportage sur la guerre du Golfe à la télévision lui inspira " La nuit, la télévision et la guerre du Golfe " qui traitait du rôle des médias face à un grand événement et des dangers de la peur du vide en matière de reportage. Enfin " Une nuit à l’Elysée " faisait référence au dernier séjour en Egypte de François Mitterand au cours duquel lui revenaient les termes de son discours d’Epinay.
" De Gaulle en mai " dresse un tableau pathétique d’un pouvoir en perte d’équilibre : des ministres démunis, un chef de l’Etat désemparé face à son impuissance, ensemble réunis dans la terreur de voir se mettre en place une démocratie populaire. La réelle incapacité à comprendre ce qui se passe est flagrante…
Francis Dubois

Théâtre de La Commune
2 rue Edouard Poisson 93 304 Aubervilliers cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16 ou www.theatredelacommune.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Mille et Une Nuits »
    Guillaume Vincent aime les contes et les mythes. Il l’avait déjà prouvé avec Songes et Métamorphoses où il explorait les Métamorphoses d’Ovide. Rien d’étonnant donc à ce qu’il se penche sur Les... Lire la suite (19 novembre)
  • "Motobécane"
    "Motobécane" est repris du 3 novembre au 30 décembre (sauf les 24 et 25 décembre) Novembre : les dimanches à 17h30 et les lundis à 19h Décembre : lundis et mardis à 19h, mercredis à 21h15,... Lire la suite (16 novembre)
  • « Waynak »
    Les plus vieux d’entre nous avaient rêvé d’un monde sans guerre. Pourtant elle était toujours là, mais plus loin. Et puis maintenant elle n’est plus loin, juste de l’autre côté de la Méditerranée. Les... Lire la suite (16 novembre)
  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)