Actualité théâtrale

À partir du 13 janvier au Petit Montparnasse

« Adieu Monsieur Haffmann »

À Paris en 1942 le port de l’étoile jaune vient d’être imposé aux Juifs. Monsieur Haffmann a réussi à envoyer sa femme et ses quatre enfants en Suisse, mais il est resté pour s’occuper de sa bijouterie. Il comprend que les temps vont devenir terribles pour les Juifs et propose à son employé Monsieur Vigneau de lui confier son magasin à condition de pouvoir se cacher dans la bijouterie en attendant que la situation s’améliore. Monsieur Vigneau hésite puis, en accord avec sa femme Isabelle, accepte mais pose une condition surprenante.

Théâtre : Adieu Monsieur Haffmann

Jean-Philippe Daguerre a écrit et signé la mise en scène de cette pièce, qui fait penser à un scénario de cinéma avec des rebondissements qui surprennent le spectateur. La parole forte et les retournements de situation maintiennent un rythme rapide et tiennent le spectateur en haleine sans nuire à l’émotion. En dépit de la situation, il y a des moments où l’on rit. La scène est divisée en deux. Côté jardin, la cave où se cache Monsieur Haffmann, qui ne monte au premier étage que pour déjeuner avec Monsieur Vigneau et sa femme. Un lit, un bureau, un tableau au mur, voilà désormais son univers. Côté cour, la cuisine où trône la radio qui diffuse les informations et la musique de l’époque. Entre les scènes un fondu au noir, comme au cinéma.

Le jeu des acteurs tout en nuances, sert très bien la pièce. Charles Lelaure incarne un Pierre Vigneau pragmatique, dont le talent se révèle au gré des circonstances. Julie Cavanna est Isabelle, plus fine et empathique, plus inquiète aussi. Alexandre Bonstein est un Josef Haffmann auquel la situation n’a pas fait perdre son humour. Franck Desmedt et Charlotte Matzneff incarnent le couple Abetz et complètent le trio, aussi inquiétants l’un que l’autre, lui par ses menaces à peine voilées, elle en Suzanne Abetz toute en vulgarité.

Cette jolie pièce permet d’explorer le comportement de chacun pendant l’Occupation, lorsque comme la majorité des Français ils ne furent ni des héros ni des salauds et s’efforcèrent de « faire que le courage soit plus fort que la peur ». Après Avignon la pièce mérite de connaître un grand succès à Paris.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h

Petit Montparnasse

31 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 22 77 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)
  • « Le pays lointain (Un arrangement) »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens. Louis revient, au pays... Lire la suite (11 mars)