Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point jusqu’au 6 janvier 2018 à 20h30

« Adishatz /Adieu » Un spectacle de et avec Jonathan Capdevielle.

Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants traditionnels du Sut-Ouest et en totale rupture, un chant populaire potache. Puis on passe de ce récital tendance juke-box à une conversation téléphonique dans la pénombre d’une loge de cabaret où l’artiste s ’apprête à se produire, à une conversation cocasse tant elle est « nature » entre l’artiste et son vieux père, un montagnard resté au pays.

Figure énigmatique d’adolescent androgyne, Jonathan Capdevielle apparaît plus tard transformé en une superbe blonde peroxydée.

Il devient tout à coup, la Reine des boites de nuit de province...

Théâtre : Capdevielle

« Adishatz/ Adieu » est un spectacle court. Il fut crée en 2010 et depuis, il n’a cessé de tourner pour déboucher à chaque fois, sur la reconnaissance des « tourneurs » et du public

Le spectacle a été au tout départ, un tour de chant à capella donné à Berlin, de manière spontanée, principalement constitué d’un enchaînement d’airs de Madonna et de quelques autres hits de discothèque.

Le spectacle est devenu, entre chansons et imitations, une autofiction, un documentaire qui suit le personnage entre vie réelle et vie fantasmée.

Ce spectacle repose sur des chansons anodines, sur une chanson de potache scatologique audacieuse, une imitation caricaturale de l’accent du Sud-Ouest et des chansons de Cabrel auxquelles fait suite en décalage total une conversation intime, cliché, pathétique, riche de ses non-dits pudiques entre un fils et son père à des lieues l’un de l’autre, avant d’imposer l’apparition subite d’une artiste blonde et scintillante.

Comment expliquer que ce spectacle disparate, qui fait d’un moment à l’autre le grand écart, à la fois bon enfant et solidement maîtrisé puisse à ce point convoquer l’attention de toute une salle qui, au moment des applaudissements, ne compte pas sa peine ?

A cette question, on peut répondre : réel talent, intelligence, complicité immédiate avec le public, audace, culot.

On peut dire pour résumer que ce spectacle a « la grâce ».On peut ne se poser aucune question et se laisser simplement aller à son plaisir.

Francis Dubois

Théâtre du Rond Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) :01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)