Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point jusqu’au 6 janvier 2018 à 20h30

« Adishatz /Adieu » Un spectacle de et avec Jonathan Capdevielle.

Jonathan Capdevielle apparaît seul sur scène et entonne à capella avec son timbre de haute-contre les tubes de Madonna ou, avec l’accent de Tarbes, des chansons de Francis Cabrel, des chants traditionnels du Sut-Ouest et en totale rupture, un chant populaire potache. Puis on passe de ce récital tendance juke-box à une conversation téléphonique dans la pénombre d’une loge de cabaret où l’artiste s ’apprête à se produire, à une conversation cocasse tant elle est « nature » entre l’artiste et son vieux père, un montagnard resté au pays.

Figure énigmatique d’adolescent androgyne, Jonathan Capdevielle apparaît plus tard transformé en une superbe blonde peroxydée.

Il devient tout à coup, la Reine des boites de nuit de province...

Théâtre : Capdevielle

« Adishatz/ Adieu » est un spectacle court. Il fut crée en 2010 et depuis, il n’a cessé de tourner pour déboucher à chaque fois, sur la reconnaissance des « tourneurs » et du public

Le spectacle a été au tout départ, un tour de chant à capella donné à Berlin, de manière spontanée, principalement constitué d’un enchaînement d’airs de Madonna et de quelques autres hits de discothèque.

Le spectacle est devenu, entre chansons et imitations, une autofiction, un documentaire qui suit le personnage entre vie réelle et vie fantasmée.

Ce spectacle repose sur des chansons anodines, sur une chanson de potache scatologique audacieuse, une imitation caricaturale de l’accent du Sud-Ouest et des chansons de Cabrel auxquelles fait suite en décalage total une conversation intime, cliché, pathétique, riche de ses non-dits pudiques entre un fils et son père à des lieues l’un de l’autre, avant d’imposer l’apparition subite d’une artiste blonde et scintillante.

Comment expliquer que ce spectacle disparate, qui fait d’un moment à l’autre le grand écart, à la fois bon enfant et solidement maîtrisé puisse à ce point convoquer l’attention de toute une salle qui, au moment des applaudissements, ne compte pas sa peine ?

A cette question, on peut répondre : réel talent, intelligence, complicité immédiate avec le public, audace, culot.

On peut dire pour résumer que ce spectacle a « la grâce ».On peut ne se poser aucune question et se laisser simplement aller à son plaisir.

Francis Dubois

Théâtre du Rond Point 2 bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) :01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)