Actualité théâtrale

Théâtre des Quartiers d’Ivry, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 2 février 2014.

"Agnès" de Catherine Anne et "L’école des femmes" de Molière. Mises en scène de Catherine Anne.

Le théâtre des Quartiers d’Ivry donne en alternance en semaine, et en intégrale les fins de semaines, "Agnès" de Catherine Anne et "L’école des femmes" de Molière dans des mises en scène de Catherine Anne.

Le lien entre les deux textes est très ténu. Il tient au fait que dans les deux, l’héroïne se prénomme Agnès et que la distribution est la même, constituée uniquement de comédiennes.

La pièce de Catherine Anne (écrite en 1993) met en scène un père incestueux qui a, par excès d’amour ou de perversion, abusé régulièrement de sa fillette depuis qu’elle a douze ans.

Chacun, dans l’entourage, a refusé de considérer la réalité et les preuves tangibles de l’inceste ont été niées ou détruites.

Agnès, éprouvée par les actes d’un père au demeurant violent, par une grossesse interrompue, un procès et une condamnation de son géniteur à une peine de prison, aura du mal à se reconstruire, même si ses études reprises lui permettront de devenir avocate et de défendre la cause de fillettes abusées…

La pièce insignifiante de Catherine Anne dont les articulations sont toutes "cousues de fil blanc" manque de poids, d’écriture et de construction, pour se mesurer à " L’école des femmes " de Molière.

Quel rapport peut-il justifier un rapprochement entre les deux pièces ?

L’Agnès de Molière, quoique cloîtrée par Arnolphe, met sa candeur au service de sa liberté de jeune fille, se joue des interdictions et sort gagnante d’une aventure où elle n’a jamais été mise en péril.

L’Agnès de Catherine Anne, dont le personnage relève du fait divers scabreux, semble être une victime pour la dénonciation des faits, mais surtout pour mieux faire la preuve qu’il est difficile et souvent impossible de sortir un jour d’une telle épreuve et de reconsidérer désormais une présence masculine autrement que comme un danger.

Reste à mentionner la performance d’actrice (trop souvent absente de nos plateaux de théâtre) de Marie Armelle Deguy dans les rôles du père incestueux et d’Arnolphe, et la belle tenue du jeu de Caroline Espargilière qui interprète Agnès adulte dans la pièce de Catherine Anne et Horace dans "L’école des femmes".

A voir, pourquoi pas ?

Francis Dubois

Théâtre des Quartiers d’Ivry Antoine Vitez 1 rue Simon Dereure 94 200 Ivry.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 90 11 11

www.theatre-quartiers-ivry.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Massacre »
    Deux femmes dans le salon d’un hôtel. L’une D est la propriétaire de l’hôtel qu’elle a décidé de fermer définitivement. L’autre H est l’unique cliente, que D voudrait bien convaincre de quitter les lieux... Lire la suite (29 janvier)
  • « Angels in America »
    New York 1985, début de l’épidémie du Sida présentée par les puritains comme une punition divine à l’encontre des gays. Un avocat aussi cynique que célèbre, juif et homosexuel, refusant de reconnaître et... Lire la suite (27 janvier)
  • « Le K »
    Treize nouvelles qui donnent aux événements banals de la vie quotidienne une dimension fantastique, tantôt inquiétante, tantôt drôlissime. Gregori Baquet les a prises dans Le K de Dino Buzzati, le... Lire la suite (26 janvier)
  • "J’ai rêvé la Révolution"
    « J’ai rêvé la Révolution » est repris : Du 29 au 31 janvier à la Comédie de Picardie à Amiens (80) Du 27 février au 8 mars au théâtre de l’Épée de bois à Paris En parallèle il y a un spectacle court... Lire la suite (26 janvier)
  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)