Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Une comédie de Michèle Rosier (France)

"Ah ! la libido" Sortie en salles le 18 février 2009

Michèle Rosier a débuté sa carrière de cinéaste en 1973 avec "George qui ?" où elle abordait la vie de George Sand. Depuis, elle n’a réalisé que six fictions dont la sortie fut, à chaque fois largement saluée par la critique.
Après "Malraux, tu m’étonnes !" où elle évoquait librement la vie de l’écrivain en 2000, elle nous enchante en ce début 2009, avec "Ah ! la libido" qu’elle qualifie elle-même de fable sans morale, de film qui ne parle pas d’amour sinon par défaut….
Paula, Betty, Charlotte et Sandy travaillent à des étages différents dans un grand quotidien parisien du matin. L’habitude de se retrouver à la même table à la cafétéria a gommé la différence d’âge. Paula, la documentaliste, la cinquantaine bien sonnée, Charlotte la rédactrice, Betty la reporter photographe la trentaine passée et Sandy, la standardiste, à peine vingt ans, se retrouvent avec plaisir pour parler d’elles, des hommes, de leur problèmes de solitude, de leurs frustrations et de la difficulté à trouver un partenaire stable, une relation qui les satisfasse sur deux ou trois points essentiels de la vie commune.
Renseignées sur l’existence d’établissements qui mettent à la disposition des femmes, des toy-boys, hommes de plaisir, elles décident de tenter l’expérience et même Paula, pourtant mariée, se rallie au groupe sur le projet.
Pourquoi, dans notre société, des femmes belles, séduisantes, intelligentes, cultivées, professionnellement installées restent-elles sur la touche, interrogent-elles le soir un répondeur silencieux et n’ont d’autre interlocuteur qu’un chat affectueux ou un mari qui annonce, comme la nouvelle du jour, le score du match de foot qu’il a regardé à la Télé.
Et si, à l’opposé du grand amour dont on est revenu, on réduisait la rencontre idéale au pur plaisir, si, au lieu de la longévité on choisissait l’éphémère. Si au lieu de l’intimité, on choisissait l’anonymat…
Sur ce sujet, Michèle Rosier s’amuse autant qu’elle reste grave. Elle a croqué, pour notre plaisir, quatre personnages de femmes très loin des stéréotypes, excentrique et tendre Paula, (inénarrable Claude Degliame), battante et fragile Charlotte (subtile Sarah Grappin) volontaire et trébuchante Betty (Audrey Dana), espiègle et naïve Sandy (irrésistible Anna Mihalcea). Elles sont vivantes, explosives, tendres, émouvantes, généreuses, exigeantes, familières ou sauvages…
"Ah ! la libido" est un film qui fourmille de qualités. Coloré, vif, culotté, il est magnifiquement construit (pas un seul temps mort) et s’accorde de savoureuses et imprévisibles digressions qui viennent en continuité ou en rupture de la narration, mettre les personnages dans des situations secondes.
Michèle Rosier est une cinéaste rare. Elle nous offre là une œuvre personnelle et très réussie.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)