La défense des droits humains

Aide aux migrants : indignation : grève des associations

Elles sont une vingtaine d’associations à dénoncer une situation dramatique notamment dans le Nord-Est de Paris où les personnes vivent dans des « conditions sanitaires déplorables, privées d’accès à leurs droits fondamentaux ».
Elles dénoncent la dégradation physique et psychique des migrants.
« Il y a beaucoup de violences policières depuis deux ans. On fait en sorte que les exilés ne s’installent pas, qu’ils soient toujours en fuite. Ils vivent dans l’inconfort et le mépris le plus total », déplore une militante.
« La situation est très dégradée. Avant, les associations avaient plus de moyens », regrette-t-elle encore. D’où la décision de faire grève le 9 avril. Pendant une journée, à l’exception des distributions alimentaires, pas de conseils juridiques, pas d’accompagnement dans les démarches de santé, pas de dons de vêtements...

Humanité empêchée
Le directeur général d’Emmaüs Solidarité, Bruno Morel, précise : « il y a un phénomène de ras-le-bol. L’histoire se répète : on a mis 25 000 personnes à l’abri en 17 mois à la Porte de la Chapelle, puis la structure a fermé et les campements se sont reconstitués. On a connu une trentaine d’opérations de mise à l’abri en deux ans ! Dans les campements parisiens, 20 % des gens ont le statut de réfugiés, ça veut bien dire que le système ne fonctionne pas ! C’est indigne de notre pays de voir des gens ne pas satisfaire leurs besoins vitaux ».
Louis Barda, coordinateur pour Paris de Médecins du Monde, ajoute : « les campements se reforment vers la périphérie. Les gens sont rendus invisibles, exténués après des années d’errance et de rejet en Europe. Cette violence s’ajoute à celle de l’exil et du parcours migratoire ».
La situation des femmes est particulièrement tragique : parfois âgées, parfois enceintes, elles sont vulnérables. Il n’y a plus d’accueil physique pour prendre rendez-vous en préfecture, pour déposer une demande d’asile, les lieux d’accueil de jour ont fermé. Cela génère frustration et colère chez les exilés, et les bénévoles, en première ligne, se sentent impuissants.
Le 9 avril, les associations l’ont redit : les pouvoirs publics doivent assumer leurs responsabilités. Il faut un véritable dispositif de premier accueil sur le territoire et des conditions dignes de vie à toutes et à tous. Ces personnes ont fui guerres, famines, conditions climatiques insupportables, elles ont parcouru des kilomètres dans des conditions effroyables, au péril de leur vie, il est scandaleux de ne pas leur offrir l’hospitalité.

Marylène Cahouet

Autres articles de la rubrique La défense des droits humains

  • Mal logement : un toit c’est un droit !
    Il est des promesses qu’Emmanuel Macron n’honore pas. N’a-t-il pas fait campagne en annonçant haut et fort « plus personne à la rue » ? Pourtant, aujourd’hui encore des dizaines de milliers de... Lire la suite (21 janvier)
  • Répression : relaxe pour Olivier !
    Olivier Sillam, militant du SNES et de la FSU connu pour son engagement en faveur des droits humains et contre l’extrême droite, était convoqué le jeudi 19 décembre au tribunal de Nice. Son procès a... Lire la suite (Décembre 2019)
  • RETRAITE : les femmes au régime sec
    Le but de la réforme des retraites est simple : bloquer le financement de notre système de retraite à son niveau actuel, 14% du PIB, alors que la proportion de retraité·es dans la population augmente.... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Immigration : vers une politique anti-immigrés
    Lancée à la fin de l’été par le président de la République, poursuivie début octobre par un débat parlementaire à froid, et conclue par la publication d’un entretien du chef de l’État dans Valeurs... Lire la suite (Décembre 2019)
  • PMA pour toutes : on y est (enfin, presque ...)
    Le chemin vers l’égalité des droits est souvent long et sinueux. Celui de l’accès à la PMA pour toutes les femmes aura été particulièrement compliqué. Exclu de la loi sur le mariage pour tous, promesse de... Lire la suite (Octobre 2019)