Sciences de la vie et de la terre (SVT)

Ajustements des programmes C3 /C4 par le CSP... pas pour cette rentrée !

Alors que les programmes de français, mathématiques et enseignement moral et civique en collège pourraient être modifiés dès la rentrée 2018, les modifications concernant les sciences n’interviendraient que plus tard, même si le Conseil supérieur des programmes (CSP) vient de publier sur son site un projet d’aménagement des programmes actuels. Si le CSP s’est autos-saisi de cette question, il faudra cependant que ce projet passe au Conseil supérieur de l’éducation l’année prochaine.
En tout état de cause, le CSP ne répond pas encore de façon espérée aux demandes du SNES-FSU d’y fixer des repères annuels forts.

Au cours de cette auto-saisine dans un travail d’ajustement et de clarification des programmes de sciences en C3 et C4, force est de constater que le CSP ne répond pas encore de façon espérée par une grande majorité des collègues (rappel % sur notre sondage de quelques points cruciaux).
Déjà dans sa constitution, le groupe de travail oublie que la technologie est partie prenante dans le C3… aucun représentant de la discipline n’a été intégré dans le groupe de travail. Le groupe pointe « une dynamique de collaboration entre écoles et collège » malgré le manque de temps et les difficultés d’organisation. Si nous ne pouvons qu’encourager la volonté du CSP de faire une place centrale des sciences dans la formation initiale comme continue des professeurs des écoles (on est toujours très attentifs à ne pas marcher sur les plates-bandes du SNU…), nous serons attentifs quant à la notion « d’échanges de pratiques entre enseignants [..] entre écoles et collège d’un même secteur », que cela ne donne pas lieu à un semblant d’Ecole Fondamentale / Ecole du Socle avec toutes les dérives possibles sur les services des collègues aussi bien professeurs des écoles que professeurs de collèges !!

Ajustements sur le cycle 3

Des repères de progressivité apparaissent en l’issu de chaque thème, avec un semblant de découpage entre ce qui doit se faire en CM1-CM2 et ce qui doit se faire en 6e.
Les 4 thèmes demeurent à l’identique par rapport à 2016 :
1. Matière, mouvement, énergie, information
2. Le Vivant, sa diversité et les fonctions qui le caractérisent
3. Matériaux et objets techniques
4. La planète Terre, les Etres Vivants dans leur environnement.
On peut noter une présentation légèrement plus précise de la notion d’énergie, et l’introduction explicite de la notion de « réseaux trophiques ».

En fonction des thèmes, les repères de progressivité sont assez détaillés : le thème 2, comme les « nouveautés » du thème 4 (phénomènes géologiques externes et internes qui agissent sur un paysage) présentent assez bien les attendus en CM1-CM2 et 6e, mais guident la mise en place d’une démarche toujours aussi spiralaire.

Il reste encore quelques progrès à faire pour que chacune des 3 disciplines puissent définir les attendus et limites, comme par exemple la Vie sur Terre…SVT et/ou Physiques-Chimie !!

Ajustements sur le cycle 4

Dans les « Compétences travaillées », on note la suppression du mot « expériences » du second alinéa du premier bloc « Pratiquer des démarches scientifiques » (remplacé par « stratégies de résolution »… ce n’est pas la même chose !) : dans les programmes de C4 ne figure plus une seule fois le mot « expérience »…

Comme pour le C3, des repères de progressivité apparaissent pour le cycle 4 qui garde ses 3 grandes thématiques :
1. la planète Terre, l’environnement et l’action humaine
2. le Vivant et son évolution
3. Le corps humain et la Santé
Sur le contenu, on voit disparaître en partie la planétologie comparée, les liens entre climatologie et répartition des espèces sont soulignés, et la respiration est explicitement précisée.
Si le découpage sur le C3 permettait une certaine vision chronologique des attendus, les repères de progressivité pour le C4 sont beaucoup plus flous : les « construction tout au long du cycle », « à traiter à plusieurs occasions sur toute la durée du cycle », et les passages progressifs du constat aux mécanismes » ne permettent pas un réel découpage dans le cycle, avec donc un risque de progressions très variées suivant les établissements voire les classes. Le curriculo-spiralaire reste et demeure, voire même est renforcé par un certain nombre de rappels, et cette nouvelle présentation des programme ne règlera pas les progressions différentes d’un établissement à l’autre sur 3 ans pour les élèves qui déménagent, pour les profs sur plusieurs établissements ou les TZR qui changent tous les ans ; le risque de zapping des notions si on tente de reprendre chaque année les notions ; le fractionnement de certaines notions.

En résumé, si cette auto-saisine pouvait laisser poindre quelques espoirs d’une harmonisation nationale dans les programmes des SVT, avec de vrais repères annuels, quelques allègements, le résultat est très loin d’être atteint.

Autres articles de la rubrique Sciences de la vie et de la terre (SVT)