Actualité théâtrale

Au Chapeau d’Ebene jusqu’au 28 juillet

Alain Paris chante les fables de La Fontaine Avignon off

Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ?
Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage.

Alain Paris chante les fables de La Fontaine, connues ou moins, accompagné au piano par la dynamique Frédérique Lory, sur des musiques d’Offenbach et d’Isabelle Aboulker.
Sa voix de baryton est claire et puissante. Il ne se contente pas de chanter : il interprète, il mime, il donne vie à ces textes dont il fait ressortir la saveur.

On passe une petite heure très plaisante. Courez-y. Ce serait dommage que le spectacle n’ait pas de succès.

Sylvie Chardon

Théâtre du Chapeau d’Ebene
13 rue de la velouterie - Avignon
0490822122

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)