Actualité théâtrale

Au Théâtre de la Tempête, partenaire réduc’snes

"Albert 1er" de Philippe Adrien, et 2 autres spectacles à découvrir jusqu’au 20 décembre

On connaît Philippe Adrien comme directeur du Théâtre de La Tempête et comme metteur en scène (son " Ivanov" récemment à l’affiche a fait l’unanimité de la critique). On connaît moins l’auteur qui, à la fin des années soixante, écrivit "En passant par la Lorraine" ou " La Baye" qui connut les honneurs du Festival d’Avignon." Albert 1er" appartient à cette époque. Ecrite il y plus de quarante ans, l’intrigue de cette pièce repose sur un quiproquo. Henri qui habite rue Albert 1er reçoit un coup de téléphone de Claire, coup de fil qui ne lui est pas destiné. Il invite cependant Claire à rencontrer un certain Albert qu’elle cherche à joindre, chez lui. C’est le point de départ d’un enchaînement acrobatique de situations et de personnages qui usurpent des identités les uns des autres, d’un imbroglio savoureux… mis en scène par Thomas Derichebourg.
"Je suis très touché par le désir de Thomas de ranimer cette histoire de jeunesse…Je suis revenu sur la texte mais pas tant que ça, tant il est vrai que cette pièce est bien de moi et qu’on ne se refait pas" Philippe Adrien.

"Je ne sais quoi " d’après les chansons d’Yvette Guilbert et sa correspondance avec Sigmund Freud. Regard complice de Jacques Verzier.
Yvette Guilbert fut pendant cinquante ans la reine du caf’conc’. Cousette, puis comédienne et chanteuse, sa carrière commence réellement au Moulin Rouge en 1893 avant de se poursuivre en Europe et au Etats-Unis . Si Charles Gounod avait souligné le talent des cette grande artiste, Freud qui l’avait entendue au cours de ses débuts au Cabaret dans les années 1890 la considérait comme une figure importante du Paris de sa jeunesse. Il y eut entre eux, une longue correspondance.
Nathalie Joly qui a conçu le spectacle et qui chante les chansons d’Yvette Guilbert est comédienne chanteuse. Elle a travaillé notamment avec Philippe Adrien et Alain Françon. Elle a réalisé et chanté entre autres "Je sais que tu es dans la salle"sur Yvonne Printemps. "Cabaret de l’exil " d’après Kurt Weill…

" Les bouts de bois de Dieu"
d’après Sembène Ousmane. Adaptation et mise en scène de Hugues Serge Limbvani.
"Les bouts de bois de Dieu " est un roman de Sembène Ousmane qui paraît en 1960, une période où certains Etats africains francophone prennent leur indépendance.
Le roman qui se déroule sous l’ère coloniale, a pour toile de fond la grève des cheminots du Dakar-Niger qui a eu lieu à Dakar et à Bamako d’octobre 1947 à mars 1948.
Les revendications qui justifiaient le mouvement étaient le chômage, de meilleurs salaires, le racisme, les conditions de travail, l’accès à une sécurité sociale.
Cette œuvre a obtenu le Grand Prix littéraire de l’Afrique Noire et elle est au programme scolaire dans de nombreux Etats d’Afrique francophone.
Sembène Ousmane est également cinéaste. En 1966, son premier long métrage "La Noire de…" reçoit le Prix Jean Vigo. Suivront quatre autres films et "Mooladé " qui obtient le Prix "Un certain regard" à Cannes en 2003. Il meurt en 2007, au Sénégal, à l’âge de 84 ans.
Francis Dubois

Théâtre de la Tempête Cartoucherie, Route du Champ de Manœuvre 75 012 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36 ou www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)