Autour du Jazz

Des nouvelles du jazz en Allemagne (1)

Alexander von Schlippenbach. Pianiste, compositeur, chef d’orchestre

Dans la série « European Jazz legends », le magazine allemand « Jazzthing » propose une série de portraits de musicien-nes européen-nes qui ont marqué le jazz. Un des numéros était consacré à Enrico Pieranunzi dont nous avons parlé dans une chronique précédente.
Jazz : Alexander von Schlippenbach
Le numéro 4 de cette série donne à Alexander Schlippenbach, créateur du « Globe Unity » en 1966, ensemble qui a beaucoup choqué les contemporains, la possibilité de montrer sa capacité de synthèse de toute la mémoire du jazz mais aussi de la sienne. Un héritage qu’il ne faut pas laisser perdre. A 77 ans, il a intitulé cet album Intuition « Jazz Now ! », le jazz maintenant ou maintenant du jazz ou encore le jazz toujours parce que se conjuguant au présent. Il fait la part belle à Thelonious Monk, se souvenant peut-être que deux de ses plus belles réalisations étaient dédiées à ce compositeur. En même temps, il reprend des thèmes de Herbie Nichols dont les talents n’ont jamais été reconnus à leur juste valeur. La production de Herbie est surtout le fait de 3 albums Blue Note en 1954-55 qui sonnent résolument contemporain. Il a exercé une grande influence sur une partie de la scène du jazz allemande. Des « Herbie Nichols project » ont vu le jour.

Pour dire que Alexander ne choisit pas son répertoire au hasard. Pour le reste, il partage ses compositions avec Eric Dolphy, saxophoniste alto, clarinettiste basse et flûtiste mort à Berlin à 36 ans le 29 juin 1964 et qu’il permet de redécouvrir. Le « Now » c’est aussi pour faire vivre tous ces musiciens nécessaires aux définitions fuyantes du jazz d’aujourd’hui. Il faut dire que le pianiste s’est entouré d’un clarinettiste basse fortement ancré dans les mondes d’Eric Dolphy, Rudi Mahall, d’un bassiste qui, à l’instar des bassistes actuels, regarde autant vers le jazz que vers les rocks tout en connaissant l’atmosphère de Schlippenbach et Heinrich Köbberling à la batterie capable de développer un jeu dans le style affectionné par Monk et celui, plus percussionniste, adapté par la plupart des batteurs de notre temps.

Comme d’habitude, pour cette collection, le CD se termine par une interview. Pour Alexandre, le free jazz n’est pas forcément révolutionnaire, mais plutôt un développement logique historique et musical…

Un album qui vous donnera envie d’écouter Monk, Nichols, Dolphy et Schlippenbach…

Nicolas Béniès.

« Jazz Now ! », Alexander von Schlippenbach, Intuition Records, distribué par Socadisc.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Au revoir, Fats Domino.
    « Fats » Domino, Antoine Dominique pour l’état civil, né le 26 février 1928 à la Nouvelle-Orléans nous quittés le 24 octobre 2017 après avoir résisté vaillamment à Katrina qui n’a pas eu raison ni de lui ni... Lire la suite (16 novembre)
  • « Strictly Strayhorn »
    Un trio, rien qu’un trio pour s’approprier les compositions de Billy Strayhorn, compagnon et alter ego du Duke à son entrée dans l’orchestre en 1938. Billy Strayhorn est un maître du spleen, une sorte... Lire la suite (15 novembre)
  • « Butter in my Brain », Claudia Solal/Benjamin Moussay
    « Butter in my Brain » est un titre qui ne peut qu’interroger. Fernand Raynaud aurait dit « C’est étudier pour », bien évidemment. Un titre original introduit à un monde bizarre, étrange, onirique. Si on... Lire la suite (6 novembre)
  • « Ben Webster, New York – Los Angeles, 1940 – 1962 »
    Qui écoute encore Benjamin Francis Webster ? Le saxophoniste ténor a d’abord appris le violon pour jouer du piano dès l’âge de 11 ans. Il nous reste un enregistrement qui ne nous dit rien de Ben... Lire la suite (4 novembre)
  • Mémoires vivantes
    Frémeaux et associés proposent un travail de mémoire - doublé du plaisir de l’écoute – à travers trois parutions récentes. « De Manhattan à Saint-Germain-des-Prés » fait traverser une décennie... Lire la suite (13 octobre)