Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Claudio Giovannesi (Italie)

"Ali a les yeux bleus" Sortie en salles le 7 mai 2014.

Nader a seize ans, la fougue et l’impétuosité de son âge. Il est romain d’origine égyptienne et vit au sein d’une famille musulmane pratiquante.

Il est tiraillé entre les poids de ses origines et son profond désir d’intégration. La raison pour laquelle, il a opté pour des lentilles de contact de couleur.

Lorsqu’il annonce à sa famille qu’il est amoureux de Brigitte, une jeune italienne de son âge, ses parents s’opposent catégoriquement à cette relation contraire à leur culture.

Sur un coup de tête, Nader quitte le domicile familial et jure de n’y revenir que lorsque ses proches auront assoupli leur attitude.

Avec son ami Stefano, il commet un petit hold-up pour offrir un anneau à Brigitte mais plus, grave, un soir dans une boîte, au cours d’une bagarre, il blesse un jeune roumain.

Les deux adolescents auront bientôt toute une bande d’hommes avides de vengeance à leurs trousses. Ils devront fuir sans cesse, et pour Nader commence une vie d’errance jalonnée de toutes sortes de dangers…

"Ali a les yeux bleus" est un film qui parle de l’adolescence dans la société multiculturelle de l’Italie d’aujourd’hui, de l’intégration de cette seconde génération d’immigrés à la société italienne.

Nader ne voudrait recueillir que les avantages de sa vie dans la banlieue romaine : la possibilité d’aimer sans les contraintes religieuses engendrées par une famille très religieuse, de se livrer pleinement aux plaisirs de son âge.

Mais ses contradictions le conduisent, alors qu’en tant que garçon, il jouit de toutes les libertés, à interdire à sa jeune sœur les agréments de son âge.

Nader réunit autour de sa personne la vitalité et la complexité de l’adolescence en même temps qu’il est à la recherche d’une identité.

Même s’il se comporte en forte tête, on le sent très attaché à sa famille et, de façon plus souterraine, à ses lointaines racines.

Le film de Claudio Giovannesi touche à plusieurs genres. Il est à la fois l’histoire d’amour fougueuse entre deux adolescents sûrs de leurs sentiments, la peinture sociale de ces familles d’immigrés qui gardent un pied dans leur culture d’origine et ne s’intègrent que dans les limites de la nécessité au pays d’accueil, une sorte de thriller opposant de très jeunes gens égarés dans un monde qui les dépasse à une bande d’hommes plus âgés, âpres à la vengeance.

Plus qu’un suspens haletant, "Ali a les yeux bleus" propose une inquiétude latente, un climat que renforce la très belle photographie.

Le décor de la banlieue romaine et plus encore le Lido romain hivernal, plus multiethnique que la capitale, sont montrés comme de vrais protagonistes du récit.

Quelles solutions peut attendre Nader face à ses difficultés multiples ? Comment peut-il sortir du mauvais pas où il s’est égaré et trouver l’apaisement intérieur ?

Entre amour et interdit, entre culture d’adoption et culture d’appartenance, il ne lui reste plus, pour avancer, que la conscience et la richesse de sa propre contradiction.

Un film vif, délibérément optimiste, soutenu par d’excellents comédiens. Mention spéciale à Nader Sahran qui a obtenu le Prix d’interprétation masculine au Festival Premier Plan d’Angers 2013.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)