Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Radu Muntean (Roumanie-France-Suède)

« Alice T... » Sortie en salles le 1er mai 2019.

En pleine crise d’adolescence, Alice s’oppose à tout ce qui représente l’autorité et l’empêche de près ou de loin, de profiter de la vie comme elle l’entend. Bogdana, sa mère adoptive, est la première à faire les frais de ses mouvements de rébellion, suivie de son beau père, des membres de l’administration du lycée qu’elle ne fréquente plus que par intermittence.

A la suite d’une dispute qui les oppose, Bogdana découvre qu’Alice est enceinte et que celle-ci a pris la décision de garder le bébé. Cet aveu touche d’autant plus Bogdana qu’elle a longtemps tenté sans succès d’avoir un enfant et ce qui apparaît dans un premier temps comme une épreuve va, petit à petit, resserrer leurs liens.

Cinéma : Alice T

C’est dans ses préoccupations de père de jeunes enfants futurs adolescents que Radu Muntean, qui n’avait jusque là jamais mis de jeunes gens dans ses films, a puisé les éléments du scénario de « Alice T » ; En faisant d’une adolescente de seize ans le sujet de son film, le réalisateur a surtout réalisé un portrait à la fois plus général et plus affûté de cet âge intermédiaire réputé difficile qu’est l’adolescence.

Sur un personnage qui réunit le plus possible des caractéristiques de cet âge, sur une personne munie d’une belle grâce physique et d’un caractère bien trempé, il a greffé quelques éléments narratifs clichés qui auraient pu mettre en péril le sujet même du film comme l’adoption, la présence à proximité forcément ambiguë de l’ami de la mère et surtout une grossesse prématurée que la jeune protagoniste souhaite voir aboutir (sans doute dans un souci de provocation).

Et c’est peut-être à l’usage délicat qu’il fait de ces clichés, associé au jeu naturel spontané de son interprète qu’il faut attribuer la réussite d’Alice T...

L’écriture fine et précise du personnage d’Alice dont la peinture jusque dans le plus infime détail, tant sur le plan gestuel que dans l’expressivité dramatique jouant souvent sur des contrastes directement liés aux humeurs fluctuantes qui caractérisent l’age, sert l’option de départ selon laquelle « Alice T.. . » serait plus le portrait de l’adolescence que le portrait d’une adolescente.

Le choix d’Andra Guti pour interpréter Alice est des plus heureux car la jeune comédienne dont c’est le premier rôle au cinéma apparaît d’une scène à l’autre alternativement comme la petite fille qu’elle est encore et cette adulte déterminée qu’elle est sur le point de devenir.

Sa présence flamboyante, son refus de s’assouplir comme ses tendances à tester son pouvoir de séduction, ses blessures enfouies, ses provocations de rebelle, servent un magnifique opus qui n’est surtout pas un film de plus sur l’adolescence.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)
  • « Made in Bangladesh »
    Shimu est une jeune ouvrière qui travaille dans une usine textile à Dacca au Bangladesh. Soumise comme toutes les autres ouvrières à un rythme de travail infernal, elle décide un jour avec quelques... Lire la suite (1er décembre)