Actualité théâtrale

Théâtre de La Tempête, Cartoucherie jusqu’au 2 juin 2012

"Amédée" Partenaire Réduc’snes

"Amédée"
Texte et mise en scène de Côme de Bellescize

Victime d’un accident de la route, Amédée, un garçon fougueux et en parfaite harmonie avec son époque, est sauvé in extremis par un pompier qui a su déceler un souffle d’espoir dans les petites bulles de sang qui sortaient de ses lèvres.

Amédée est sauvé de la mort mais il est condamné au fauteuil roulant à vie.

Les tendres soins que lui prodigue sa mère, l’amour que lui conserve sa petite amie avec qui il s’apprêtait à passer une première nuit d’amour juste avant l’accident, les attentions dont font preuve ses amis ne suffiront pas à redonner du goût à sa vie.

Il demande alors à sa mère et au médecin qui le suit de l’aider à mettre fin à ses jours.

"Amédée" s’inspire librement d’un fait similaire survenu en 2003 qui a mis l’opinion publique en émoi et a provoqué une vive polémique.

L’euthanasie qui, depuis, est restée au cœur du débat voit s’affronter deux positions contrastées. Peut-on voir dans le choix d’une mort volontaire en cas d’extrême dépendance et de souffrance morale, un acte de dignité humaine ou au contraire une atteinte au principe du respect de la vie, coûte que coûte.

La pièce de Côme de Bellescize ne prétend pas trancher le débat. Elle se contente d’exposer la situation de manière concrète et de créer l’espace de bonne distance que permet une fiction théâtrale qui adopte plusieurs types de récit.

A des situations réalistes comme l’émouvante scène de la toilette ou celle où les deux jeunes gens font enfin l’amour, l’auteur oppose des moments d’un lyrisme souvent excessif qui servent autant qu’ils peuvent troubler le propos.

Il entraîne certains personnages, comme celui du pompier, dans un angélisme débordant, dont il semble que le comédien ne sache pas trop quoi faire.

Que faut-il penser des apparitions de Clov, personnage né de l’imagination d’Amédée, qui survient ponctuellement dans le récit sous la forme d’un boxeur, d’un policier, d’une prostituée ou d’un ange. Cette présence accompagnatrice incarne-t-elle ce qu’il reste de la vie d’Amédée, les différentes facettes de son esprit. Est-il lié à ses souvenirs ou est-il le reflet de son parcours intérieur.

L’écriture et le mise en scène auraient sans doute gagné à être plus "contenues", plus concises, mais il demeure que la pièce de ce jeune auteur pose avec générosité et sensibilité le problème du choix à disposer d’eux-mêmes, pour ces êtres "emprisonnés" à vie.

Francis Dubois

Théâtre de la Tempête Cartoucherie Route du champ-de-manœuvre 75 012 Paris

http://www.la-tempete.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)