Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jessica Hausner (Autriche–Luxembourg-Allemagne)

"Amour fou" Sortie en salles le 4 février 2015.

Dans Berlin, à l’époque romantique, le jeune poète tragique Heinrich Von Kleist souhaite anticiper l’échéance inéluctable de la mort par le biais de l’amour : il tente de convaincre sa cousine Marie au nom de celui, brûlant, qu’il lui porte, de forcer le destin et d’accepter de se suicider avec lui.

Déprimé par le manque de sensibilité de sa parente qui décline son offre, il se tourne vers Henriette, jeune femme mariée et mère d’une petite fille, qu’il avait autrefois approchée.

D’abord réticente à la proposition d’Heinrich, celle-ci est soudain tentée d’y répondre favorablement quand elle apprend qu’elle est atteinte d’une maladie incurable.

Sur le sujet, Jessica Hausner qui s’est totalement interdit de réaliser un biopic, propose une "comédie romantique" librement inspirée du suicide du poète Heinrich Von Kleist en 1811.

Cinéma : Amour fou

La réalisatrice avait déjà le projet d’écrire un film sur le double suicide par amour quand elle a été amenée à lire un article de journal consacré à Kleist et Henriette Vogel.

Elle découvrait du même coup que l’écrivain avait proposé à plusieurs personnes de mourir avec lui : son meilleur ami, un de ses cousines et pour finir, Henriette.

Comment Kleist avait-il été amené à banaliser de la sorte l’idée typiquement romantique du double suicide par amour ?

Le double suicide imaginé par l’écrivain était-il une preuve d’amour ou l’expression de deux égoïsmes distincts ?

L’idée finale, pour Jessica Hausner, était de ramener le macabre projet à une dimension plus prosaïque, à deux morts "individuelles". Une mort à deux, mais pas ensemble.

Le fait de se détacher du biopic a permis à la réalisatrice de rechercher une forme d’expression artificielle qui met en évidence le caractère exemplaire du récit, d’insister à travers les dialogues sur l’absurde de la situation où un personnage en aborde d’autres en demandant "Voulez-vous vous suicider avec moi, par amour ?".

Le film a une tonalité singulière dans la mesure où la langue parlée est bannie comme dans les documents qui l’ont inspirée (certaines phrases de Kleist ont été transcrites mot pour mot). Et même si au moment de la fabrication du film, il y a eu déperdition, le style et les conventions linguistiques de l’époque se retrouvent dans la version finale.

"Amour fou " est un mélodrame de l’époque romantique. Le choix pour Jessica Hausner de respecter l’époque, de tourner dans des costumes qui lui sont fidèles, dans un décor et des éclairages qui donnent à l’image un fort caractère pictural, permet de créer un contexte qui donne au récit, une ironie inhérente au recul historique, une sorte de perspective critique.

Car, en dépit de son thème dramatique, " Amour fou " est un film drôle.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)
  • « Rencontrer mon père »
    Aujourd’hui Alassane Diago, est devenu un adulte, réalisateur de films. Il décide d’aller à la rencontre de son père qui les a abandonnés, sa mère et lui, sans avoir crié gare, les laissant subitement... Lire la suite (15 février)