Actualité théâtrale

jusqu’au 13 avril

"Anagrammes pour Faust" au Théâtre de le Commune d’Aubervilliers – partenaire Réduc’snes

Certains objets de notre quotidien aspirent comme certains humains à la vie éternelle. C’est le postulat de départ de la pièce. Ce souhait d’éternité nous renvoie à Faust qui, pour ce pouvoir, vendit son âme au diable ou au Monsieur Teste de Paul Valéry qui s’inventa un double doué d’éternité…
Trois comédiens et deux manipulateurs d’objets sortis d’une valise se partagent un monologue, sur un plateau transformé en un atelier où l’on s’emploie à fabriquer de la vie.
Boîte magique, boîte de mécano de l’enfance. On joue avec les sons, les paroles, les images et le diable en personne entre dans le jeu pour mieux réclamer son reste de supplément d’âme.
En allant du théâtre d’objets à la vidéo, Ezéquiel Garcia-Romeu, qui signe mise en scène et scénographie, entraîne le spectateur dans des univers troublants, un délire propice à la méditation.
La mise en scène recompose un Faust à l’aide d’éléments disparates, de textes choisis et du résultat d’un travail d’improvisation avec les comédiens et leurs objets.
A la libre adaptation du Monsieur Teste de Paul Valéry s’ajoute la référence à L’invention de Morel d’Adolfo Bioy Casarès (roman écrit en Argentine en 1940), où un savant amoureux, pour sauver son amour du danger du temps qui passe, invente une caméra anthropophage qui se nourrit des sujets qu’elle filme et transforme les personnes en fantômes concrets…

© Eric Didym

Ezéquiel Garcia-Romeu, né à Buenos Aires, a été un des premiers à travailler sur des spectacles de marionnettes pour un public adulte. A ce titre, il participe à de nombreux festivals de marionnettes jusqu’en 1988. Il enchaîne avec des mises en scène d’opéra comme Didon et Enée, l’élaboration de décor pour le cinéma et la télévision, des spectacles pour jeune public ou des ateliers d’écriture automatique. En 1995, au Festival d’Avignon, il remporte un grand succès avec les représentations de La méridienne au Musée Calvet, spectacle de 5 minutes pour un spectateur.
En 2007, il monte à Belfort Ode Maritime de Fernando Pessoa. Il est artiste associé au CDN de Nancy Lorraine pour la saison 2007-2008.
Les "jeudis d’Anagrammes" ont lieu à l’issue des représentations : le 27 mars, rencontre avec l’équipe artistique ; le 3 avril, représentation exceptionnelle de "Scritographe", atelier-spectacle d’écriture automatique autour d’auteurs contemporains d’Ezéquiel Garcia-Romeu ; le 10 avril, carte blanche à Ezéquiel Garcia-Romeu et Hervé Pierre.
Francis Dubois

Théâtre de la Commune, Centre Dramatique National d’Aubervilliers 2 rue Edouard Poisson
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16 ou www.theatredelacommune.com
Le Spectacle sera ensuite en tournée le 6 mai au Théâtre de Bourg en Bresse et les 13,14 et 15 mai à La Coupole, Scène Nationale de Sénart.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Des reprises à signaler
    « Kean » au théâtre de l’Atelier du 5 novembre au 5 janvier à 21h « J’ai des doutes » (François Morel) à La Scala du 5 novembre au 5 janvier, du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h « Change me »... Lire la suite (31 octobre)
  • « Un jardin de silence »
    Pour la chanteuse L. (Raphaële Lannadère), Barbara est un port d’attache, celle à qui elle revient toujours après avoir tenté de s’en éloigner, « un spectre bienveillant qui rôde », une amie qui lui parle... Lire la suite (28 octobre)
  • « Des femmes » Texte et mise en scène Régis de Martrin-Donos
    Au fond du plateau nu du Lavoir Moderne Parisien, se détache une silhouette sombre portant un masque à cornes. Les longs cris qui surgissent de cette forme sont ceux de l’enfantement. Et si on... Lire la suite (26 octobre)
  • « Une vie »
    « La vie, ce n’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit » telle semble être la leçon désenchantée que fait entendre la dernière phrase du premier roman de Maupassant paru en 1883, mémorable portrait... Lire la suite (23 octobre)
  • « Un amour sans résistance »
    Autour de la guerre il y a surtout des romans ou des pièces qui exaltent la résistance ou la lâcheté des vaincus. Le roman de Gilles Rozier aborde la question sous un angle différent et beaucoup plus... Lire la suite (22 octobre)