Projets de programmes lycée, Analyses du SNES-FSU

Analyse programme de première stss : comment fragiliser l’appropriation du savoir avec faire plus en moins de temps afin de se conformer aux nouvelles épreuves !

Analyse programme de première stss : comment fragiliser l’appropriation du savoir avec faire plus en moins de temps afin de se conformer aux nouvelles épreuves !

Rappel : une consternation déjà formulée, aucune modification des volumes horaires attribués aux STSS (7 heures en première et 8 heures en terminale - la BPH est abondée de 2 h en première ; suppression de l’AP disciplinaire), fin de l’épreuve AI, quid de l’épreuve projet technologique

Extrait de la note du SNES au CSP à propos des programmes, mai 2018 :
• réviser et actualiser tous les programmes
• prendre en compte l’impact de la modification de la certification (contrôle continu) et des épreuves écrites de spécialités de terminale
• donner une certaine autonomie aux programmes de la classe de première
• concevoir une évaluation adaptée aux méthodologies appliquées

Une première lecture du programme de première traduirait peu de changements , quelques améliorations, des éléments déjà connus...Néanmoins, nous retiendrons quelques premiers éléments d’analyse.

1. de façon générale, des évolutions allant dans le sens de la note du CSP de mai 2018  

a. Une plus grande souplesse du programme pour proposer des contenus pédagogiques diversifiés.

De nombreux intérêts peuvent être soulevés : les enseignants de la série issus d’académie riches en structures sanitaires et sociales pourront se satisfaire de cette liberté car la mise à disposition de ressources locales est existante et rendra plus compréhensifs nombres de savoirs mais les collègues enseignant au sein de territoires plus dépourvus seront plus en difficulté.

b. Une inquiétude forte sur la valeur nationale du diplôme

Les programmes prévoient des appuis de territoire plus nombreux, le programme est construit avec beaucoup moins de contraintes que par le passé. Les banques nationales de sujets seront-elles à même de pouvoir répondre à cette diversité pédagogique ? Des choix locaux de sujets risquent de placer de fait les diplômés dans une certification qui n’aura plus de valeur nationale et mettra en concurrence les lycées proposant cette série.

c. Des renforcements conceptuels sociologiques et de santé publique

Une ambition certaine pour les enseignants (liée à l’agrégation ?) mais cette dernière est interrogée pour les élèves inscrits actuellement dans la série ; si on fait fi du potentiel changement de public (éternel leitmotiv à chaque réforme), les élèves pourront-ils s’approprier ces savoirs avec certaines difficultés qu’on leur connaît ?
L’approche généraliste déstructure à nouveau l’approche pédagogique au sein de la voie technologique et éloigne les élèves de la mise en activité , source pédagogique de réussite pour ces derniers.
On peut aussi interroger cette effacement de la démarche technologique devant les poursuites d’études. Quel le particularité détachera l’élève ST2S d’un autre élève pour entrer en IFSI, en écoles sociales ou autre formations supérieures liées à la série ?

2. Une modification de la structure du programme : allègement du programme de première pour intégrer des éléments du programme actuel de terminale, un 3ème pôle thématique contre 2 actuellement, un pôle méthodologie en santé et action sociale fragilisant la démarche technologique et une refonte des programmes permettant la réalisation des épreuves de spécialités au printemps 2021

a. Pôle « santé, bien-être, cohésion sociale »

Pas de grands changements et une réaffirmation de maîtrise de logiciels (tableur) imposant le travail en petits groupes

b. pôle « protection sociale »

Ce pôle était déjà décrié par le passé (réforme 2012) car il est jugé trop complexe pour une entrée dès la première avec des savoirs rigoureux, techniques, systémiques. Le futur programme complexifie l’apprentissage de ce pôle. Il y a beaucoup de simplifications de l’organisation du système de protection sociale (regard historique absent, amalgame entre dispositifs, régimes de sécurité sociale et prestations). Est interrogé ce qu’il en restera pour les élèves alors que ce pôle est primordial pour comprendre l’apport du système à la population en terme de réponses à la demande sociale.

c. pôle « mode d’intervention sociale et en santé »

Nouveau pôle avec de nombreux éléments issus des pôles thématiques du programme de terminale STSS actuel. Il a le mérite de proposer aux enseignants une grande diversité d’approches pédagogiques pour reconnaître l’exercice professionnel ou institutionnel de terrain. Il est aussi très libre dans sa construction : on peut l’introduire dans les pôles précédents, en faire une introduction du programme de terminale...
On peut tout de même l’interroger au regard du temps imparti (les heures de première n’ont pas changé), de l’épreuve orale de terminale (quelle préparation proposée en première, combien d’heures attribuées , quelle interdisciplinarité si cette dernière est maintenue – le Snes rappelle qu’il était attaché à l’épreuve anticipée des activités interdisciplinaires, quelle progression avec l’année de terminale et l’évolution des classes de terminale – précédente analyse SNES https://www.snes.edu/Series-technologiques-l-apparence-d-un-maintien.html)

d. pôle méthodologie en santé et en action sociale

Ce dernier est fragilisé par un effacement de la démarche technologique : si la réalisation de la recherche documentaire est toujours existante, ce n’est plus le cas pour la démarche d’étude. Cette dernière sera maintenant analysée ( rappelée 2 fois dans le programme)et non « menée »(même si des possibilités sont laissées mais la question du temps imparti est à nouveau posée). La pratique du recueil de données est balayée.
Des interrogations sont aussi soulevées quant au contenu du pôle de terminale et de son maintien dans l’une des épreuves terminales propédeutiques aux formations supérieures des élèves ?
Le SNES et les collègues interpellent donc sur la nécessaire appropriation de la démarche de projet d’action à visée sanitaire ou sociale ; compétence professionnelle inscrite dans l’ensemble des formation supérieures auxquelles se destinent un grand nombre de nos élèves ST2S.

Autres articles de la rubrique Projets de programmes lycée, Analyses du SNES-FSU