Actualité théâtrale

Au théâtre Essaïon - Paris

« Angela for ever » jusqu’au 23 janvier 2010

Une femme, seule en scène, interprète une chanson d’amour en s’accompagnant à la harpe. Mais ce n’est pas à un récital de musique que l’on est venu assister. Sophie Bonduelle se met à parler à sa harpe, Angela, tout en la caressant et c’est un duo d’amour qui s’instaure. C’est aussi une relation de vieux couple où l’on s’exaspère parfois de toujours devoir exister avec l’autre. Tout en jouant, et avec quel talent, Sophie la harpiste reproche à sa harpe d’occuper trop de place. Que n’a-telle choisi une flûte ! Elle l’insulte parfois, lui rappelle qui est le maître. Mais que d’amour aussi. C’est par elle qu’elle a rencontré son amoureux, le flûtiste, et c’est sa harpe qu’elle a préférée, quand il a fallu choisir entre lui et elle, parce qu’il n’y avait pas de place pour les deux.
Sur un texte écrit par Michèle Ressi, Sophie la harpiste joue de son instrument, lui parle et nous conte des moments de sa vie où Angela impose sa présence. Mais il arrive qu’Angela à son tour se rebelle, soit jalouse, fasse grève. Cela devient d’autant plus drôle que Sophie Bonduelle est dotée d’un humour fin, occupe bien l’espace (réduit !) que lui laisse sa harpe, chante et sait faire vivre une galerie de personnages, pour certains hauts en couleurs. Le choix des morceaux interprétés, Mozart, Haendel et Bach en particulier, participe au plaisir et la Moldau devient au fil de l’histoire, la chanson titre d’ « Angela for ever ».
Micheline Rousselet

Théâtre Essaïon / salle Cabaret
6 rue Pierre au lard
75 004 Paris
les mercredis et jeudis du 4 au 26 novembre 2009 à 20h
du mercredi au samedi du 2 décembre 2009 au 23 janvier 2010 à 20h.
Réservations (partenariat Réduc’snes = tarifs réduits sur présentation de la carte Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 78 46 42
www.essaïon.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)