Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Alix Delaporte (France)

"Angèle et Tony" Sortie en salles le 26 janvier 2011

Angèle est une femme en miettes. Elle a vingt sept ans et derrière elle plusieurs années de prison. A-t-elle tué le père de son petit garçon, Yohan, qui vit chez ses grands parents paternels et refuse de la voir ?
Mais Angèle est déterminée à passer de l’existence chaotique qui fut la sienne jusqu’ici, à une vie plus construite. Elle rencontre Tony. Ils sont marins, lui et son frère Ryan, et Myriam la mère, veuve depuis peu, vend sur les marchés les produits de la pêche. A-t-elle vraiment besoin d’une vendeuse qui a du mal à identifier les différents poissons, silencieuse sur son passé et toujours rebelle ? Tony, lui, laisse doucement s’approcher de lui la jeune femme…
Les titres à double prénom, l’un féminin, l’autre masculin, "Pauline et François","Angèle et Tony" annoncent des films qu’on pourrait qualifier de films à l’ancienne parce que, par leur parti-pris de narration, ils rappellent le cinéma français des années cinquante. Ils sont fortement attachés à une région, ici la Bretagne, qui tient un grand rôle dans l’histoire et les personnages, comme les situations, sont directement palpables, identifiables, souvent familiers.
Angèle amène à reconsidérer le personnage du fait divers et à le verser dans une réalité concrète, dans l’intimité de sa vérité profonde. Elle a certainement un passé de délinquante. Elle en garde les stigmates et ses premières réactions sont souvent celles d’une révoltée que ses impulsions ne mettent pas à l’abri d’un dérapage. Le récit la tient à portée de regard, ne la ménage pas mais souligne les efforts qu’elle fait pour sa reconstruction.

Clothilde Hesme qui peut décidément tout jouer, est une Angèle farouche, silencieuse, une femme en danger et elle le sait, pour qui le chemin de la reconversion est étroit.
Grégory Gadebois "de la Comédie française" est un Tony charismatique au regard indéfinissable et les personnages secondaires sont à l’avenant. Si Ryan le frère est une tête brûlée, il n’en est pas moins celui qui veut à tout prix ramener hors de l’eau le corps du père qui repose dans les fonds marins.
On se laisse porter par une histoire simple, par la photographie d’une Bretagne magnifique. On trébuche avec les personnages. On se relève avec eux. On voudrait que la générosité des uns, les efforts des autres soient payés de retour et que les âmes blessées par la vie trouvent le chemin d’une vie meilleure.
Ce sera chose faite. Les va et vient de ces êtres ordinaires nous auront procuré quatre vingt dix minutes d’un vrai plaisir salutaire.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Lola vers la mer »
    Lorsque Lola, jeune fille transgenre de dix huit ans est sur le point de se faire opérer, que la phase finale de sa transformation est imminente, sa mère qui l’avait toujours soutenue dans sa... Lire la suite (7 décembre)
  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)