Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Alix Delaporte (France)

"Angèle et Tony" Sortie en salles le 26 janvier 2011

Angèle est une femme en miettes. Elle a vingt sept ans et derrière elle plusieurs années de prison. A-t-elle tué le père de son petit garçon, Yohan, qui vit chez ses grands parents paternels et refuse de la voir ?
Mais Angèle est déterminée à passer de l’existence chaotique qui fut la sienne jusqu’ici, à une vie plus construite. Elle rencontre Tony. Ils sont marins, lui et son frère Ryan, et Myriam la mère, veuve depuis peu, vend sur les marchés les produits de la pêche. A-t-elle vraiment besoin d’une vendeuse qui a du mal à identifier les différents poissons, silencieuse sur son passé et toujours rebelle ? Tony, lui, laisse doucement s’approcher de lui la jeune femme…
Les titres à double prénom, l’un féminin, l’autre masculin, "Pauline et François","Angèle et Tony" annoncent des films qu’on pourrait qualifier de films à l’ancienne parce que, par leur parti-pris de narration, ils rappellent le cinéma français des années cinquante. Ils sont fortement attachés à une région, ici la Bretagne, qui tient un grand rôle dans l’histoire et les personnages, comme les situations, sont directement palpables, identifiables, souvent familiers.
Angèle amène à reconsidérer le personnage du fait divers et à le verser dans une réalité concrète, dans l’intimité de sa vérité profonde. Elle a certainement un passé de délinquante. Elle en garde les stigmates et ses premières réactions sont souvent celles d’une révoltée que ses impulsions ne mettent pas à l’abri d’un dérapage. Le récit la tient à portée de regard, ne la ménage pas mais souligne les efforts qu’elle fait pour sa reconstruction.

Clothilde Hesme qui peut décidément tout jouer, est une Angèle farouche, silencieuse, une femme en danger et elle le sait, pour qui le chemin de la reconversion est étroit.
Grégory Gadebois "de la Comédie française" est un Tony charismatique au regard indéfinissable et les personnages secondaires sont à l’avenant. Si Ryan le frère est une tête brûlée, il n’en est pas moins celui qui veut à tout prix ramener hors de l’eau le corps du père qui repose dans les fonds marins.
On se laisse porter par une histoire simple, par la photographie d’une Bretagne magnifique. On trébuche avec les personnages. On se relève avec eux. On voudrait que la générosité des uns, les efforts des autres soient payés de retour et que les âmes blessées par la vie trouvent le chemin d’une vie meilleure.
Ce sera chose faite. Les va et vient de ces êtres ordinaires nous auront procuré quatre vingt dix minutes d’un vrai plaisir salutaire.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)