Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 août au Lucernaire

« Anne Baquet, soprano en liberté » Réduc’Snes

Une soprano à la voix magnifique, c’est ce qu’on attend, mais quand en plus elle est rieuse, joueuse, sensuelle, bourrée d’énergie et d’humour et qu’elle forme un duo très drôle avec sa pianiste Claude Collet, on en redemande. Anne Baquet avait déjà enthousiasmé le public du Lucernaire en 2015 avec son spectacle Je ne veux pas chanter . Elle y revient avec des chansons où se mêlent tendresse et rires, espièglerie et sensualité. Les chansons sont signées François Morel, Jacques Prévert, Georges Moustaki, Marie-Paule Belle, on entend aussi des airs de Gounod et Rachmaninoff, sans oublier une incursion du côté des Beatles et Freddie Mercury, le tout arrangé pour en faire un festin délicieux.

Théâtre ; Anne Baquet

La mise en scène d’Anne-Marie Gros joue de la drôlerie. Il faut voir cette jolie blonde qu’est Anne Baquet, revêtue d’un tablier à carreaux, jouer et chanter les grands-mères indignes, tout en épluchant des patates, pour comprendre qu’une soprano peut aussi être comédienne. Elle peut être séductrice, voluptueuse « qu’est-ce que j’suis bien dans ma baignoire quand j’suis tout’ nue », ironique ou s’interroger sur l’amour qui n’est plus. Elle peut rechercher la note au point de faire fuir la pianiste éperdue ou caresser le public avec les paroles coquines de Philippe Decamp sur une musique de Chopin ( Vertue vertuose ).

Passez un été joyeux en courant écouter Anne Baquet !

Micheline Rousselet

Jusqu’au 9 juillet, du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 19h. Du 12 juillet au 27 août du mercredi au samedi à 21h, le dimanche à 19h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)