Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 août au Lucernaire

« Anne Baquet, soprano en liberté » Réduc’Snes

Une soprano à la voix magnifique, c’est ce qu’on attend, mais quand en plus elle est rieuse, joueuse, sensuelle, bourrée d’énergie et d’humour et qu’elle forme un duo très drôle avec sa pianiste Claude Collet, on en redemande. Anne Baquet avait déjà enthousiasmé le public du Lucernaire en 2015 avec son spectacle Je ne veux pas chanter . Elle y revient avec des chansons où se mêlent tendresse et rires, espièglerie et sensualité. Les chansons sont signées François Morel, Jacques Prévert, Georges Moustaki, Marie-Paule Belle, on entend aussi des airs de Gounod et Rachmaninoff, sans oublier une incursion du côté des Beatles et Freddie Mercury, le tout arrangé pour en faire un festin délicieux.

Théâtre ; Anne Baquet

La mise en scène d’Anne-Marie Gros joue de la drôlerie. Il faut voir cette jolie blonde qu’est Anne Baquet, revêtue d’un tablier à carreaux, jouer et chanter les grands-mères indignes, tout en épluchant des patates, pour comprendre qu’une soprano peut aussi être comédienne. Elle peut être séductrice, voluptueuse « qu’est-ce que j’suis bien dans ma baignoire quand j’suis tout’ nue », ironique ou s’interroger sur l’amour qui n’est plus. Elle peut rechercher la note au point de faire fuir la pianiste éperdue ou caresser le public avec les paroles coquines de Philippe Decamp sur une musique de Chopin ( Vertue vertuose ).

Passez un été joyeux en courant écouter Anne Baquet !

Micheline Rousselet

Jusqu’au 9 juillet, du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 19h. Du 12 juillet au 27 août du mercredi au samedi à 21h, le dimanche à 19h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)