Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Santiago Amigorena (France-Canada-Argentne-Brésil)

"Another Silence" Sortie le 19 octobre 2011

Marie est officier de police à Toronto. Un soir, sur le chemin du stade où ils vont assister à un match, son mari et son fils son mitraillés par deux hommes. Les soupçons de Marie se portent sur Pablo Molina, un trafiquant de drogue argentin dont elle a contribué à l’arrestation quelques mois plus tôt.

Elle part en Argentine sur les traces du meurtrier et de son complice…

La détermination de la jeune femme, officier de police, à venger la mort de son mari et son fils n’a d’égal que la volonté de Santiago Amigorena de conduire son film tambour battant. Cette précipitation à aboutir semble l’aveugler au point qu’il fait fi des distances, du temps et le plus souvent, prive son récit de crédibilité.

La facilité avec laquelle Marie retrouve la trace des meurtriers, la facilité avec laquelle elle se déplace d’un pays à l’autre, d’une ville à l’autre, franchit les obstacles qu’elle rencontre, sont assez déconcertants.

Le sujet qui ne déborde pas d’originalité aurait peut-être nécessité un autre traitement que celui de suivre à la trace, pratiquement d’un bout à l’autre du film, la jeune femme à travers les rues des villes comme sur les chemins de régions désertiques et rocailleuses.
Le récit qui débute sur un douloureux mais extrême désir de vengeance finit comme un hymne au pardon lorsque Marie aura approché le meurtrier de sa famille. Quand elle aura compris l’isolement et la misère du personnage qui, contre un peu d’ l’argent aura accepté d’effectuer un meurtre dont il ne savait pas qu’un enfant serait la victime.

Marie-Josée Croze endosse un personnage qui d’ordinaire revient à un homme. Elle bénéficie d’un atout certain, une silhouette que mettent en valeur la solitude ou les paysages arides qu’elle est amenée à traverser...

De plus près, on ne lit sur le visage que la détermination à arriver à ses fins et la souffrance dans les moments pathétiques.

Restent les magnifiques paysages argentins de la région de Jujuy, un désert de sel particulièrement photogénique dont le metteur en scène évite l’effet carte postale. La lumière est aussi très belle.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)