Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Raül de la Fuente et Damian Nenow (Espagne – Pologne)

« Another day of life » Sortie en salles le 23 janvier 2019.

Le journaliste polonais Kapuscinski est un idéaliste qui défend toujours avec ferveur les causes perdues et les révolutions. Insistant auprès de l’agence de presse polonaise dont il dépend, il parvient à négocier auprès de sa hiérarchie, une mission en Angola. Or, à l’aube de son indépendance en 1975, le pays connaît un épisode de guerre civile particulièrement sanglant. Au fur et à mesure du déroulement de ce voyage suicidaire, les convictions de Kapuscinski ainsi que son rapport à ses missions changeront à jamais.

Parti journaliste de Pologne, il reviendra d’Angola, écrivain.

Partagé entre animation et prises de vues réelles, «  Another day of lif e » entrecroise récit de l’intime et page d’Histoire.

Cinéma : Another day of life

Kapuscinski décide de se rendre en Angola malgré l’extrême danger de la mission afin d’être le premier journaliste au monde à rendre compte quotidiennement du déroulement du conflit œuvrant sous pression, dans la terreur et la solitude. Chacun des déplacements effectué est un quitte ou double, l’équivalent d’une roulette russe car le simple fait de prononcer un mot de travers à un point de contrôle reviendrait à signer son arrêt de mort. En regard de la dangerosité de la mission, la motivation profonde de Kapuscinski est-elle un acte de bravoure et d’orgueil ou bien le sens aigu et extrême de son métier de reporter de guerre ?

Le film raconte comment, alors qu’il est parti pour effectuer une mission de reporter de guerre à haut risque, Kapuscinski en est revenu écrivain ; ce qui s’est passé en Angola, ce qui lui a fait arrêter le métier de journaliste pour commencer à écrire des livres et devenir l’un des grands écrivains du siècle dernier.

A travers des personnages qu’a réellement rencontrés Kapuscinski et d’autres qui sont de la pure invention des cinéastes, ceux-ci tentent de proposer une vision de l’homme en 1975 en Angola après avoir minutieusement étudié son travail, effectué de nombreuses interviews de ses amis et auprès d’autres journalistes.

La forme hybride du film (60 minutes d’animation et 20 minutes de fiction) provient du fait que dans son travail, Kapuscinski a toujours utilisé des points de vue divers et effectué des approches multidimensionnelles d’un sujet en mêlant le reportage, le fait historique, la poésie, l’allégorie.

Le choix des deux genres narratifs rejoignait ainsi sa méthode d’écriture composite.

La partie graphique de «  An another day of life  » est confondante de réalisme.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)