Actualité théâtrale

Théâtre des Quartiers d’Ivry-Studio Casanova jusqu’au 31 mars 2012

"Antigone" Partenaire Réduc’snes

"Antigone" Sophocle – Adel Hakim.
Spectacle en arabe sur titré interprété par les acteurs du Théâtre National Palestinien.

Le texte arabe de Abdel Rahmane Badawi s’accorde pleinement avec la mise en scène d’Adel Hakim, à la fois libre, parfois "colorée" et respectueuse de la tragédie de Sophocle.

La superposition de la tragédie grecque et de la tragédie palestinienne est d’une évidence tant sur le plan formel, musique, ironie, lyrisme et poésie, que sur le fond, stratégie politique, manipulation du discours, sens du sacré, mécanismes de la répression ou relation hommes-femmes.

Le texte arabe inspiré de la tragédie de Sophocle est d’une telle intelligence, que traduisant le quotidien de la situation palestinienne, il ne perd jamais de vue la musicalité du texte original et les thèmes traités par Sophocle. La mise en scène, de la même tonalité, donne aux situations et aux personnages une sorte de familiarité toute méditerranéenne, une coloration villageoise ou de quartier quand conversent ensemble les conseillers de Créon, ou que le messager bègue vient, dans un moment décalé, annoncer que le corps de Polynice a été enterré.

Il y a à certains moments, à cause de la gestuelle expressive et généreuse, de la familiarité entre les personnages, de la simplicité des dialogues, des embrassades et des vociférations, une telle proximité avec le quotidien qu’on pourrait se voir éloigné des thèmes nobles et du fil de la tragédie. Il n’en est rien et c’est cet habile mélange de familiarité et de lyrisme qui tisse la trame de ce spectacle.

Adel Akim et Abdel Rahmane Badawi ont su lier Sophocle au monde actuel sans jamais le relier à des événements ou à des personnages précis.

Les comédiens sont tous formidables et la musique du Trio Joubran ponctue magnifiquement le spectacle.

"Antigone" fut créée en mai 2011 à Jérusalem-est par le Théâtre National Palestinien qui joue un rôle important dans la vie culturelle de Jérusalem en soutenant la production artistique et la diffusion de spectacles.

Il est le principal lieu culturel et le seul théâtre de Jérusalem-est. Il accueille de nombreuses compagnies et organise des programmes et des tournées avec les théâtres de Cisjordanie.

Ce pôle de résistance qui, pour garder sa liberté de création, refuse les subventions du gouvernement israélien, dépend des aides internationales et des partenariats avec l’étranger.

Un beau travail de théâtre émouvant à plusieurs titres.

Francis Dubois

Théâtre des Quartiers d’Ivry-Studio Casanova 69 avenue Danielle Casanova à Ivry

www.theatre-quartiers-ivry.com

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 90 11 11

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)
  • « La fuite ! » Comédie en huit songes de Mikhaïl Boulgakov.
    1920. Les « Russes blancs » sont aux abois. La guerre civile qui a suivi la révolution bolchevique s’est finie en échec. Il ne reste plus à cette population que de fuir et d’aller trouver refuge en... Lire la suite (4 décembre)
  • « Le voyage de D. Cholb »
    En 2013, le comédien, metteur en scène et auteur Bernard Bloch, juif athée de gauche affligé par l’état des relations israélo-palestiniennes, décide de passer quelques jours en Cisjordanie avant d’aller... Lire la suite (3 décembre)
  • « Maîtres anciens »
    On connaît l’art de Thomas Bernhard pour dire sa haine de l’État catholique autrichien et des Autrichiens. Dans son roman Maîtres anciens, qu’adapte et joue seul en scène Nicolas Bouchaud, un... Lire la suite (1er décembre)
  • « Festen »
    Cyril Teste s’est emparé du scénario du film de Thomas Vinterberg, l’a adapté pour le théâtre, sans le trahir en laissant intacte la charge émotionnelle du film. Quand la pièce commence, la salle est... Lire la suite (29 novembre)