Actualité théâtrale

jusqu’au 11 février à l’Atalante, à Paris

Antigone, de Sophocle Mise en scène de René Loyon

Nul n’ignore l’histoire d’Antigone qui s’oppose à la décision politique du Roi de Thèbes pour obéir à un devoir sacré, donner une sépulture à son frère. Mais la pièce de Sophocle va bien au-delà de la justification de la résistance à un pouvoir injuste. Elle interroge aussi la relation entre les vivants et les morts et insiste sur la présence irréductible des morts dans notre vie. A travers le refus de se soumettre d’Antigone se joue l’opposition du féminin et du masculin, de la jeunesse et de l’âge mûr, de l’individu et du collectif, des hommes et des dieux.
La traduction de Florence Dupont donne à la pièce une actualité en même temps qu’une dimension hors du temps qui accentue l’émotion que ressent le spectateur. Pour renforcer cet aspect universel, René Loyon a choisi de faire jouer la pièce en costume moderne, en l’absence de tout décor, avec juste un éclairage crépusculaire. On n’oublie pas les références mythologiques, mais privé de tout pathos déclamatoire le texte renvoie aux questions essentielles. Créon, que joue René Loyon, n’est plus seulement un tyran, il acquiert une humanité profonde dans sa douleur. La douleur d’Antigone (lumineuse Marie Delmarès) éclate face au sort qui lui est promis, mais elle est portée par un devoir sacré. Les acteurs sont parfaits. Il faut courir voir cette pièce.
Micheline Rousselet

Théâtre de l’Atalante, 10 Place Charles Dullin, 75018 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 46 06 11 90
Lundi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 20h30, dimanche à 17h. Relâche le mardi
http://latalante.theatre.free.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « À deux heures du matin »
    Pourquoi cet homme n’a-t-il pas allumé son téléphone portable depuis trois jours, pourquoi a-t-il effacé son compte facebook pour le rouvrir peu après sous un autre nom, pourquoi n’a-t-il pas pris... Lire la suite (17 septembre)
  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)