Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Yousri Nasrallah (Egypte-France)

"Après la bataille" Sortie en salles le 19 septembre 2012

Le 2 février 2011, manipulés par les services du régime de Moubarak, les cavaliers et chameliers dont le travail consistait à promener les touristes autour des pyramides, sont appelés à intervenir sur leurs montures, place Tahrir, pour disperser la manifestation.

Mahmoud, marié et père de famille, qui était de ceux-là a été pris à parti, tabassé et humilié, repéré comme traître, au point que même ses enfants allaient subir des brimades de la part de leurs camarades.

Au moment où il se retrouve sans défense face à cette nouvelle situation et privé de son travail, il rencontre Reem, une jeune égyptienne laïque, émancipée, en instance de divorce et militante révolutionnaire, qui vit dans les beaux quartiers du Caire.

Leur rencontre changera le cours de leurs vies.


Yousry Nasrallah qui avait réalisé en 2009, "Femmes du Caire" a choisi de traiter la révolution égyptienne, non pas par le documentaire, comme ça a souvent été fait dans l’urgence des événements, mais par le biais de la fiction.

Il a imaginé, en s’appuyant sur les faits réels, la rencontre d’un jeune homme inculte, cavalier de talent, ignorant tout de la politique de son pays et de Reem, jeune femme moderne, travaillant dans la publicité et très au fait des événements qui secouent l’Égypte.

Il s’est servi, comme point de départ, de la charge qu’ont menée les cavaliers et les chameliers des pyramides, sur la commande des autorités, place Tarhir. Événement spectaculaire et monté en épingle, qui avait surtout servi à détourner l’attention d’autres faits qui se sont produits au même moment, beaucoup plus graves, comme les jets de cocktails Molotov et les tirs des snipers contre les manifestants.

La rencontre de Mahmoud et de de Reem s’annonce comme une histoire d’amour mais très vite le récit les détourne de leur attirance réciproque pour les rapprocher sur d’autres plans et les amener l’un comme l’autre, à ouvrir les yeux sur une situation dont ils n’avaient qu’une vue parcellaire, lui plongé dans son ignorance, elle dans un idéal théorique.

Yousry Nasrallah, qui s’est servi des éléments documentaires pour nourrir la fiction, s’est attaché à l’histoire de Nazlet El-Samman, village situé à proximité des pyramides qui vivait essentiellement du tourisme, qu’on a isolé en érigeant un mur de plus de 16 kms, isolant le village du centre touristique, réduisant la population au chômage et les bêtes, chevaux et chameaux, à l’abattoir.

Et même si, parfois, on peut reprocher au film d’être un peu démonstratif ou insistant, aux rapports entre certains personnages de friser l’angélisme, à l’histoire de s’attarder un peu trop longuement sur le personnage de Reen, sur sa volonté de faire partager sa vue des choses et de convaincre, il faut reconnaître à "Après la bataille", dans le traitement du sujet, une belle efficacité.

Face à la tournure actuelle des événements, à la déception en regard de tous les espoirs mis dans les révolutions du printemps arabe, un film comme celui de Yousry Nasrallah est utile pour revenir sur les grandes dates qui auront jalonné la révolution égyptienne, depuis les heurts de janvier jusqu’aux événements de Maspero le 9 octobre, date à laquelle le cinéaste clôt son récit.

Les comédiens, souvent des artistes célèbres en Égypte, font un beau travail, mais il faut saluer la performance d’acteur de Bassem Samra qui compose un Mahmoud troublant, tout de force et de candeur.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)