Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marius Olteanu (Roumanie)

« Après la nuit » Sortie en salles le 18 décembre 2019.

Dana a la quarantaine. Elle traverse un moment difficile de sa vie. Les premiers plans du film la montrent effondrée dans un état de profond du désespoir. Un coup de fil indique qu’elle est en pleine difficulté de couple. Elle erre et est finalement prise en charge par un chauffeur de taxi qui la prend en sympathie et la conduit jusque chez elle. On laisse Dana devant la porte d’un immeuble et le récit l’abandonne provisoirement.

Arthur a la quarantaine. Il rejoint un homme à peine plus âgé que lui dans son appartement pour vivre avec lui un moment de sexualité. Alors qu’il espérait trouver un refuge dans cette relation éphémère et peut-être y voir un test à sa prochaine orientation sexuelle, il est au contraire déçu par un partenaire manquant de fougue dans sa pratique amoureuse.

On découvre alors que Dana et Arthur sont mari et femme, qu’ils traversent une délicate période de crise même si Dana est prête à faire face aux tendances homosexuelles d’Arthur.

Ils se retrouvent pour se rendre à une réunion familiale mais c’est au cours d’un tête à tête qu’ils vont trouver un rapprochement plus serein.

Cinéma : Après la nuit

Lorsque Marius Olteanu présentait son court métrage «  Score nul  », très voisin de la première partie d’«  Après la nuit  », les spectateurs venus débattre manifestaient une grande curiosité à propos du personnage de Dana et le réalisateur, à partir de cette interrogation du public, a ressenti le besoin de prolonger l’histoire, d’y apporter un contre-point en abordant l’autre moitié du couple et en portant quelques éclairages sur leur vie ensemble.

Pour l’écriture du scénario, Marius Olteanu a réalisé de nombreux entretiens avec des hommes et des femmes mariés depuis longtemps, afin d’avoir la version de chacun après cinq ou dix ans de vie commune et pour mieux cibler la singularité de chaque cas avec des données propres à chaque couple.
Dans le cas de celui de Dana et Arthur c’est, ajouté à l’usure des sentiments, le fait de la connaissance des penchants homosexuels d’Arthur.

Le film de Marius Olteanu se découpe en trois parties distinctes.

Le premier Chapitre titré «  Dana  » surprend la jeune femme à un moment où elle est effondrée sans que nous soit dévoilée la raison de son état dépressif. Un échange téléphonique donne des indications mais n’éclaire pas vraiment et l’amabilité à son égard dont fait preuve le chauffeur de taxi qui la prend en charge lui offre le bienfait immédiat d’un réconfort anonyme.

Le deuxième chapitre est titré «  Arthur  » et l’épisode surprend le personnage quand il rejoint dans son appartement le partenaire d’un moment dont il attend sans doute qu’il vienne confirmer son homosexualité. La rencontre se solde par un échec.

Le troisième chapitre intitulé «  Les monstres » confronte le couple Dana-Arthur au monde des « autres » : un voisin stupide, les convives d’une fête familiale, la mère d’Arthur, une vieille dame intrusive aux jugements définitifs.

Les derniers épisode de «  Après la nuit  » est un tête à tête en partie silencieux entre Dana et Arthur qu’on peut voir comme une ouverture sur une vie nouvelle.

« Après la nuit  » est une histoire de couple à bout de souffle dans sa totale singularité où Marius Olteanu distille mais sans les révéler complètement, les dessous d’une intimité conjugale.

Le découpage du film en chapitres qui opacifie le récit dans un premier temps en nous mettant sur différentes pistes l’éclaire progressivement.

Une œuvre très attachante, sensible tout à tour crue et pudique.

Une interprétation de toute beauté.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La femme qui s’est enfuie »
    Seule pour la première fois depuis des années de vie conjugale au cours desquelles elle n’a jamais été séparée de son mari, Garrihee désemparée, va rendre visite à trois de ses anciennes amies. Alors... Lire la suite (28 septembre)
  • « Josep »
    Lorsqu’Aurel, dessinateur de presse, découvre le récit de Georges Bartoli sur la Retirada, illustré par des dessins de son oncle Josep, il est si impressionné par la force du trait qu’il désire faire... Lire la suite (28 septembre)
  • « Les héros ne meurent jamais »
    Par hasard, dans une rue de Paris, un inconnu croit reconnaître en Joachim un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or le 21 août 1983 est la date de naissance de Joachim. De plus en plus... Lire la suite (28 septembre)
  • « A cœur battant »
    Julie et Yuval était un couple comme un autre, amoureux, parents d’un beau bébé et vivant à Paris. Mais du jour au lendemain, ils se retrouvent face à la nécessité de vivre séparés. On propose à Yuval... Lire la suite (27 septembre)
  • « Ailleurs »
    Sans doute à le suite d’un accident, un garçon se retrouve suspendu, accroché à la branche d’un arbre par les sangles de son parachute. Délivré de cette posture, il se retrouve seul à tenter de trouver... Lire la suite (23 septembre)