Année 2019-2020

Après le chaos : repenser le lycée du « jour d’après » (Aix-Marseille)

L’année scolaire 2019-2020 a été chaotique dans les lycées, marquée d’abord par le bras de fer avec le Ministre pour tenter de faire annuler les épreuves d’E3C, aussi absurdes pédagogiquement qu’injustes.

La fermeture brutale des établissements en mars a provoqué de nouvelles difficultés : leurre de l’enseignement à distance qui accroît les inégalités et coupe les élèves les plus fragiles de leur lien avec l’école ; annulation des épreuves du bac remplacées par la moyenne des deux premiers trimestres. Si les conditions sanitaires expliquent le recours au « contrôle continu » pour la session 2020, pour le SNES-FSU, cette exception ne doit pas devenir la règle, l’épidémie ne doit pas servir de cheval de Troie. Le remplacement des E3C par de simples « évaluations communes » locales ne vient que renforcer une idéologie inégalitaire à laquelle une large majorité de la profession est opposée.

Les lycéens expriment souvent leur sentiment d’être une « génération sacrifiée » par les réformes du collège puis du lycée et du bac qui créent une école inégalitaire, un lycée élitiste.

Quelles que soient les conditions sanitaires, cette rentrée ne peut pas être comme les autres. Parce qu’il faut tenir compte de la période que nous venons de traverser, comme de l’hypothèse de reprise de l’épidémie, il y a urgence à repenser le lycée en termes de moyens nécessaires, d’adaptation des programmes, de remise à plat de la réforme et de l’évaluation, pour reconstruire un lycée renforcé dans sa dimension éducative, sociale et émancipatrice.

Autres articles de la rubrique Année 2019-2020