Alter Sommet

Assemblée générale de l’Alter Sommet des 25 et 26 mai 2018

Cette réunion a permis à 40 représentants des organisations suivantes de débattre de plusieurs sujets.

Présence : ATTAC DE, ATTAC ES, ATTAC FR, Campaign for the Welfare State, CC.OO., CG FGTB, CGT, CIG, CNE, “Dalla parte dei lavoratori”, ELA, EPSU, EuroMarches, European Health Network, European Left, FSIE, FSU, SNES-FSU, Gresea, Intersindical Valenciana, MOC Bruxelles, Nei til EU, ReAct, Rosa Luxemburg Stiftung, SNES, Solidaires, Transform Europe, USO
Panels : ETUI, ETF

1 Format du réseau et mise à jour du Manifeste
Il est important d’élargir le réseau Alter Summit non seulement pour des raisons budgétaires (même si le budget est équilibré) mais aussi pour des raisons politiques : influence et représentativité.

Newsletter : il est rappelé qu’il existe une newsletter alimentée par les organisations du réseau. Envoi des textes à (sebastian@altersummit.eu). Les demandes portent surtout en ce moment sur les luttes la question genre, les privatisations et les services publics.

Manifeste : le revoir en priorisant les demandes en fonctions des activités des dernières années.

2 Réduction du temps de travail

A noter une très intéressante étude faite par l’internationale des services publics sur la réduction du temps de travail négociée par IG Metal en Allemagne.

D’une manière générale, le processus est en oeuvre depuis 1870 en Europe. Nous sommes passés de 66h/semaine à 40h/semaine. Ce processus s’est arrêté dans les années 80.

Quand on parle de réduction du temps de travail, on parle du temps travaillé car les emplois à temps partiel sont en augmentation.
Par exemple, aux Pays-Bas le temps de travail hebdomadaire est de 30h/semaine car la proportion de temps partiel est très grande.

L’expérience allemande

Une enquête a été réalisée sur 2000 entreprises représentant 1million de salatiés. La demande qui est résulte est une réduction du temps de travail collective à 28h/semaine sur 2 ans avec possibilité de retour à temps plein.
Les résultats des négociations :

- des augmentations réparties sur l’année 2018
Augmentations salariales
+ 4,3 % en avril 2018
100 € en janvier, février et mars 2018
400 € pour 2019 et après
27 % de bonus salarial mensuel
Réduction du temps de travail
28h / semaine sur 6 à 24 mois, sans compensation de salaire
contrats de travail de plus de 40h / semaine possible
transformation du bonus en 8 semaines de congés ( deux semaines payées par l’employeur)
En conclusion, il s’agit d’une réduction du temps de travail individuelle et non collective (voir pdf joint).
Cette question constitue un enjeu syndical d’importance.

3 Conclusion des groupes de travail

Privatisation et services publics

Il a été prévu un court rapport sur la privatisation des services publics et sur l’importance pour les syndicats de la combattre.

Pendant la campagne des élections européennes, repérer et prendre contact avec les organisations et réseaux qui combattent la privatisation des services publics.

Participer massivement aux actions contre la privatisation des services de santé

Lutte des femmes

Besoin d’avoir plus de femmes intervenant dans nos réunions.

Remettre à l’ordre du jour de la prochaine assemblée la création d’un groupe femme.

Élargir le réseau à des organisations féministes et ajouter la perspective féministe dans les articles.

L’AS soutiendra les journées du 25 novembre sur la violence faite aux femmes et le 8 mars 2019.

L’assemblée générale européenne des livreurs est prévue pour les 25 et 26 octobre 2018

4 Autre sujet

- La Fédération Syndicale Européenne des Services Publics contre la Commission Européenne
Résultat très important
www.epsu.org/article/public-service-unions-take-european-commission-court-social-dialogue-u-turn-0

Autres articles de la rubrique Alter Sommet