Éditos

Assez !

Ce message, de nombreux professeurs le répètent sur les réseaux sociaux, rendant ainsi visible le quotidien de beaucoup d’entre nous : les difficultés du métier, la violence et le silence de l’institution. Les politiques du chiffre, l’obsession des bonnes statistiques conduisent souvent à minimiser les problèmes et à culpabiliser les personnels qui font état d’incidents. Insultes, menaces voire agressions, tout cela est inacceptable, de même, que le silence de l’institution et le peu de soutien de la hiérarchie. Les professeurs, attachés avant tout à ce que chaque jeune trouve sa place à l’école et acquière formation et diplômes, demandent une véritable prise en charge collective en équipes pluriprofessionnelles soudées et renforcées. Or, le ministre de l’Éducation se contente de mettre en place un Comité stratégique copiloté par le ministre de l’Intérieur. L’arsenal sécuritaire est déployé mais les questions de fond ne sont pas traitées. Si l’objectif doit être d’établir dans tous les établissements un climat propice aux apprentissages, on voit mal en quoi décréter le rétablissement de l’autorité rendra quoi que ce soit d’effectif. On voit bien à l’inverse les risques que font encourir pour tous les suppressions de postes prévues pour la rentrée 2019 et les suivantes.
Le SNES-FSU ne compte pas laisser sans suites l’alerte lancée via les réseaux sociaux. Il entend contraindre le gouvernement à renoncer aux suppressions d’emplois et portera le point de vue des personnels sur les réformes et les injonctions. Le 12 novembre, ce message doit être massivement porté, la vague ne doit pas retomber.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Examen de conscience
    Le ministre de l’Éducation pratique-t-il la méthode Coué ? Interrogé dans plusieurs médias sur l’appel à la grève du 17 juin, premier jour des épreuves du bac, il répète en boucle que l’organisation des... Lire la suite (8 juin)
  • Chacun pour tous  !
    Éducation, Fonction publique, retraites… Toujours et partout, c’est la solution de l’individu renvoyé à ses choix personnels qui est privilégiée  ; ce sont les perspectives solidaires qui sont ignorées... Lire la suite (21 mai)
  • C’est mathématique !
    Il y a plus d’élèves dans le second degré : le ministre supprime des postes et, en même temps, impose une deuxième heure supplémentaire. Peinant à recruter des professeurs de mathématiques, il supprime... Lire la suite (20 avril)
  • Batailles décisives
    La mobilisation à caractère national du 30 mars, initiée par la FSU, à l’appel de l’UNSA Éducation, de la CGT Éduc’action, du SGEN-CFDT, du SNALC et rassemblant les personnels de l’éducation, les parents... Lire la suite (30 mars)
  • Enfin entendu ?
    La presse change de ton. Il y a à peine quelques semaines toute opposition à J-M. Blanquer relevait du quasi blasphème. Le ministre était au faîte de sa gloire. Sa popularité déclinant, les articles... Lire la suite (9 mars)