Articles parus dans l’US

L’US MAG - supplément au N° 767 du 14 janvier 2017

Assistance aux migrant-es

Non au délit de solidarité !

Face à l’afflux de migrant-es à la frontière italienne
entre Menton et Vintimille, mais aussi
dans la vallée de la Roya (toujours dans les
Alpes-Maritimes), la solidarité s’organise : associations
et bénévoles apportent une aide concrète à
celles et ceux qui fuient non seulement la misère,
mais aussi les régimes despotiques tels que ceux du
Soudan ou de l’Érythrée. Dans la vallée de la Roya,
les habitant-es ont constitué une association, « Roya
citoyenne », pour parer aux carences de l’État qui
ne respecte pas les conventions internationales
qu’il a signées, notamment la Convention de
Genève qui interdit le refoulement de personnes en
recherche d’asile. Il foule par ailleurs du pied la
Convention des droits de l’enfant qui impose à
l’État sur le sol duquel se trouvent les enfants de les
protéger (80 % de celles et ceux qui passent la
frontière italienne sont des mineurs). Or, la Police
de l’Air et des Frontières, sur ordre du préfet, non
contente de ne pas prendre ses responsabilités, les
refoule sans vergogne, bien qu’elle sache pertinemment
que l’Italie n’en veut plus.

Avalanche de procès
Face à ce déni d’humanité, des militant-es, mais
aussi de simples citoyen-nes, viennent en aide aux
migrant-es. Plusieurs d’entre eux ont été arrêté-es
pour ces simples gestes d’humanité. Pierre-Alain
Mannoni, le premier à être inculpé, a été relaxé,
mais le procureur a fait appel. Ce même procureur
a requis huit mois de prison avec sursis pour
Cédric Herrou, l’agriculteur qui chaque semaine
loge et nourrit des dizaines, voire des centaines, de
migrant-es dans la vallée de la Roya (délibéré le
10 février). Six autres militant-es doivent passer en
procès entre février et mai 2017. Donc, malgré un
premier jugement en faveur des militant-es solidaires,
un parquet aux ordres s’acharne à vouloir
criminaliser cette solidarité.
Comme elle a un coût, la LDH lance une collecte.
Faire un don par chèque : LDH – section de Nice
– Maison des associations – 12 ter, place Garibaldi,
06300 Nice. Précisez au dos « pour les bénévoles
poursuivis ».

Olivier Sillam

Autres articles de la rubrique Articles parus dans l’US

  • Lanceurs d’alerte
    Lutte continue pour la transparence La loi Sapin 2 a donné un statut juridique aux lanceurs d’alerte qui sont désormais reconnus et protégés par la loi. Ses dispositions vont beaucoup plus loin... Lire la suite (31 janvier)
  • Lycéens SDF
    Depuis décembre 2016, les enseignants du lycée Auguste-Blanqui à Saint-Ouen se mobilisent pour trouver une solution de logement pérenne à au moins sept élèves sans domicile fixe. Le 115 est... Lire la suite (16 janvier)
  • Israël doit appliquer les résolutions de l’ONU
    Le 23 décembre dernier, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 2334, sur la Palestine. Celle-ci « exige [...] d’Israël qu’il arrête [...] toutes ses activités de peuplement dans le... Lire la suite (16 janvier)
  • La solidarité n’est pas un délit
    Pierre-Alain Mannoni, enseignant-chercheur à l’université de Nice est poursuivi pour avoir aidé trois jeunes Érythréennes près de la frontière italienne. Vendredi 6 janvier, la juge a... Lire la suite (16 janvier)
  • Répression antisyndicale
    Deux faits, ces derniers jours, illustrent la criminalisation de l’activité syndicale. C’est d’abord la confirmation de la condamnation de l’Inspectrice du travail et du lanceur d’alerte qui se... Lire la suite (Décembre 2016)