Actualité théâtrale

Au théâtre de la Cité internationale, du 4 au 9 juin

"Au bois dormant" Chorégraphie et interprétation Thierry Thieû Niang, Marie Desplechin

Au départ, Thierry Thieû Niang qui est également psychomotricien, a mené une expérience chorégraphique auprès d’un groupe d’adolescents autistes dans un institut médico pédagogique d’Aix en Provence. Il a proposé à Marie Desplechin de l’accompagner dans son approche et d’écrire sur ce qu’elle aurait retenu du travail d’improvisation, au compositeur Benjamin Dupé de traduire musicalement ses impressions d’observateur. Plus tard, Patrice Chéreau a accepté de porter un regard complice sur l’ensemble de l’expérience.
La première étape du travail a surtout consisté à porter un regard sur le comportement des quatre garçons face aux sollicitations de Thierry Niang, l’intérêt qu’ils pouvaient porter à son travail ou au contraire leur indifférence.
Plus tard, au cours d’une résidence, Thierry Niang et Marie Desplechin ont mis en commun les traces qu’ils retenaient de cette rencontre avec Arnaud, Mathieu, Victor et Emilien.
Marie Depleschin a alors écrit le texte qu’elle lit pendant le spectacle. Thierry Thieû Niang construit un solo chorégraphique à partir des gestes observés chez les enfants allant du plus infime comme un simple battement de paupières au plus ample, arabesques ou torsions de bras ou de jambes.

Au bois dormant - Photo © Agnès MELLON

Cette rencontre inédite entre un chorégraphe, un écrivain, un musicien et un metteur en scène s’est faite à partir du témoignage de Birger Sellin, une jeune autiste allemand, auteur d’un ouvrage qu’il écrivit avec l’aide d’un journaliste, dont le titre français est "Une âme prisonnière".
Thierry Thieû Niang a été instituteur et psychomotricien. Très tôt, il rassemble une équipe artistique constituée de professionnels et d’amateurs, d’adultes et d’enfants pour travailler sur le mouvement dansé qui devient un "lieu de partage des imaginaires, des langages et des cultures". Il collabore auprès d’artistes et de compagnies. Avec Patrice Chéreau il collabore à la mise en scène de "Cosi fan tutte" à Aix en Provence et co-signe la mise en scène de "La douleur" de Marguerite Duras pour Dominique Blanc.
Marie Desplechin a écrit une trentaine de livres pour la jeunesse et une dizaine pour les plus grands. Elle participe à l’écriture de scénarios, écrit des fictions pour France culture. Elle set journaliste à ses heures.
Benjamin Dupé, diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, se consacre à la création musicale. Plus enclin au spectacle musical qu’au concert traditionnel il a souvent collaboré avec des metteurs en scène de théâtre, Brigitte Jaques ou Declan Donnellan ou des chorégraphes comme Thierry Niang, Hamid Benmahi.

Théâtre de La Cité Internationale
17 boulevard Jourdan 75 014 Paris.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 43 13 50 50 ou www.theatredelacite.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • A propos des "3 sœurs" et du théâtre à deux vitesses
    Les « Trois sœurs » qu’on peut voir encore jusqu’au 22 décembre à l’Odéon Théâtre de l’Europe a été diversement accueilli. Il y ceux qui ont encensé le spectacle (voir la critique de Micheline Rousselet,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)