Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 octobre au Théâtre du Lucernaire

« Au bonheur des hommes »

Au bonheur des hommes nous ramène aux beaux jours du cabaret satirique allemand des années vingt. Il nous promène à la lisière des genres, du concert jazz et musiques du monde au cabaret déjanté et au théâtre d’intervention. Sur un ton humoristique et provocateur, il s’attaque aux aberrations de notre pays et de ses politiques mais aussi à celles de la planète.

Trois comédiens-chanteurs, Véronique Ataly, Christian Gaitch et Bernard Lecoq, par ailleurs auteur des textes, à travers saynètes et chansons s’attaquent à bon nombre des sujets qui nous agacent ou nous font discuter chaque jour. Le texte est fort drôle, l’identité nationale, le politiquement correct et son langage approprié (les enseignants apprécieront particulièrement le « on ne dit plus en échec scolaire, mais en résultats différés »), le travailler plus pour gagner plus, le libre-échange, les ONG et les OGM, les nouvelles guerres de religion et bien d’autres sujets brûlants sont ainsi passés à la moulinette du rire, un rire qui chatouille la réflexion, un rire provocateur souvent. Ils n’hésitent pas à convoquer le calembour, la critique acide (« plus vous aurez peur, plus vous serez de parfaits téléspectateurs ») et l’humour noir. La mise en scène est astucieuse, ainsi cherchez comment en coupant les cinq mots de travailler plus pour gagner plus et en les déplaçant vous pouvez en changer le sens. Le spectacle vous le démontrera ! Les trois comédiens-chanteurs sont à la fois des présentateurs, des porte-parole, des avocats ou des accusateurs qui n’hésitent pas à en appeler parfois à la salle. Ils sont très bons tous les trois.
Ils sont accompagnés par trois musiciennes et chanteuses, Clarisse Catarino qui a fait la musique du spectacle, à l’accordéon, Eva Slongo au violon et Anne Gouraud-Shrestha à la contrebasse. Elles passent du tango ou de la musique tzigane au jazz manouche. Elles ne se contentent pas d’accompagner, elles créent une atmosphère, participent à l’action et mêlent leur voix à l’ensemble.
Pour ceux qui seront à Paris en août, mais rassurez-vous cela continue après, réjouissez-vous à ce spectacle qui déclare ouverte la guerre des mots, qui se moque du ridicule et du superflu qui apparaît si indispensable à certains, qui dénonce l’absurde injustice, qui ne le fait pas qu’en paroles mais aussi en chansons. Enfin un spectacle d’humour où l’on se sent intelligent en sortant.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h30 et les dimanches 11, 18, 25 septembre et 2 et 9 octobre à 15h.

Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 48 91 10

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)