Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 octobre au Théâtre du Lucernaire

« Au bonheur des hommes »

Au bonheur des hommes nous ramène aux beaux jours du cabaret satirique allemand des années vingt. Il nous promène à la lisière des genres, du concert jazz et musiques du monde au cabaret déjanté et au théâtre d’intervention. Sur un ton humoristique et provocateur, il s’attaque aux aberrations de notre pays et de ses politiques mais aussi à celles de la planète.

Trois comédiens-chanteurs, Véronique Ataly, Christian Gaitch et Bernard Lecoq, par ailleurs auteur des textes, à travers saynètes et chansons s’attaquent à bon nombre des sujets qui nous agacent ou nous font discuter chaque jour. Le texte est fort drôle, l’identité nationale, le politiquement correct et son langage approprié (les enseignants apprécieront particulièrement le « on ne dit plus en échec scolaire, mais en résultats différés »), le travailler plus pour gagner plus, le libre-échange, les ONG et les OGM, les nouvelles guerres de religion et bien d’autres sujets brûlants sont ainsi passés à la moulinette du rire, un rire qui chatouille la réflexion, un rire provocateur souvent. Ils n’hésitent pas à convoquer le calembour, la critique acide (« plus vous aurez peur, plus vous serez de parfaits téléspectateurs ») et l’humour noir. La mise en scène est astucieuse, ainsi cherchez comment en coupant les cinq mots de travailler plus pour gagner plus et en les déplaçant vous pouvez en changer le sens. Le spectacle vous le démontrera ! Les trois comédiens-chanteurs sont à la fois des présentateurs, des porte-parole, des avocats ou des accusateurs qui n’hésitent pas à en appeler parfois à la salle. Ils sont très bons tous les trois.
Ils sont accompagnés par trois musiciennes et chanteuses, Clarisse Catarino qui a fait la musique du spectacle, à l’accordéon, Eva Slongo au violon et Anne Gouraud-Shrestha à la contrebasse. Elles passent du tango ou de la musique tzigane au jazz manouche. Elles ne se contentent pas d’accompagner, elles créent une atmosphère, participent à l’action et mêlent leur voix à l’ensemble.
Pour ceux qui seront à Paris en août, mais rassurez-vous cela continue après, réjouissez-vous à ce spectacle qui déclare ouverte la guerre des mots, qui se moque du ridicule et du superflu qui apparaît si indispensable à certains, qui dénonce l’absurde injustice, qui ne le fait pas qu’en paroles mais aussi en chansons. Enfin un spectacle d’humour où l’on se sent intelligent en sortant.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h30 et les dimanches 11, 18, 25 septembre et 2 et 9 octobre à 15h.

Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 48 91 10

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)