Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Agnès Jaoui (France)

"Au bout du conte" Sortie en salles le 6 mars 2013

Une jeune fille attend de rencontrer son prince charmant. Elle croit aux signes et au destin.

Une comédienne travaille sur le conte avec de jeunes enfants en attendant de trouver le rôle qui enfin, la révélera. Un homme est tourmenté par ce qu’une voyante lui a révélé un jour, la date de sa mort et que celle-ci approche. Un jeune compositeur talentueux est légèrement bègue. Il est en conséquence, peu sûr de lui.

Clémence, la violoncelliste de la formation, est amoureuse de lui. Dommage ! car lui vient justement de croiser sa princesse. Mais l’intervention du grand-méchant loup est destructrice et il est possible que, pour céder à un contrat mirobolant, Sandro soit contraint sous la pression de Maxime de remplacer, pour un prochain concert, le premier violon qui est son ami de toujours, dans un lieu de prestige.

Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri ont concocté, autour de l’amour considéré comme le conte de fée que chacun peut vivre au quotidien, un scénario savoureux sur lequel ils ont greffé toutes les formes de foi et de croyances, les plus étranges jeux de coïncidences, les superstitions et tout ce qui persiste longtemps après, des contes de fées dans nos esprits d’adultes.

Les personnages qui vivent parfois douloureusement un quotidien semé d’obstacles ont chacun un pied dans le domaine du conte et derrière chacun d’eux se profilent des personnages familiers à nos livres d’enfance.

Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri ont puisé autant dans la crédulité, le penchant pour la superstition, que dans le rationalisme, dans les codes du conte autant que dans ceux de la réalité la plus banale pour élaborer une histoire fluide, aérienne, magnifiquement construite et surtout très drôle.

Ils multiplient les fausses pistes pour mieux nous séduire ou nous intriguer.

Le compositeur de musique que Laura a pris pour le prince charmant et dont elle est tombée éperdument amoureuse au premier regard, se révèle être plutôt Cendrillon, quand, quittant la soirée, il perd une chaussure dans l’escalier.

Mais ici s’arrête l’allusion au conte puisque le jeune homme qui a rendez-vous avec sa mère, (irrésistible Dominique Valadié) se présente à elle à cloche-pied…

Puisqu’il est plus Cendrillon que Prince Charmant, Sandro se verra supplanté dans le cœur de Laura par Maxime, redoutable homme d’affaire qui va s’avérer être un Grand Méchant loup carnassier, destructeur, intraitable et bourreau des cœurs.

Le récit mêle intimement les éléments du conte et le réalisme quotidien, l’un et l’autre survenant de façon imprévisible, se confondant dans une fluidité narrative qui est une des nombreuses qualités de ce film.

Car " Au bout du conte" fourmille d’inventions, d’un dialogue ciselé, taillé sur mesure pour chacun et dont chacun fait son miel, de situations drôles ou dramatiques qui maintiennent le récit au niveau d’une délicieuse comédie.

Agrès Jaoui s’est entourée d’interprètes de haute volée jusque dans les rôles secondaires. Outre Jean-Pierre Bacri qui joue dans la demi-teinte et la fragilité, elle est allée chercher du côté du théâtre pour rendre savoureux des personnages ponctuels : Dominique Valadié, dont elle révèle le potentiel comique, Didier Sandre l’élégance superbe, Laurent Poitrenaux toujours époustouflant.

Parmi ceux de la jeune garde, son choix s’est porté sur de jeunes comédiens de grand talent comme Arthur Dupont (Sandro), Nina Meurisse (Clémence), l’étonnant et charismatique Clément Roussier (Julien) ou Agathe Bonitzer, princesse rousse qui devrait, cette fois-ci avec

l’énergie et l’émotion qu’elle insuffle à Laura, être enfin reconnue comme un de nos espoirs les plus sûrs du cinéma de demain..

Une comédie singulière et magistrale qui ne cherche jamais à en faire trop, conçue pour le seul plaisir (mais quel plaisir !) du spectateur.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)