Actualité théâtrale

Jusqu’au 21 octobre au Théâtre de la Tempête

« Au plus noir de la nuit »

« Savoir qui je suis », c’est la question que, du fond de la cellule où il est emprisonné après avoir tué celle qu’il aimait, se pose Joseph Malan, un acteur Sud-Africain. Il est Noir, elle était blanche. Il s’interroge et il se remémore son passé, son enfance avec sa mère qui lui disait « la lumière c’est pas notre place, le Seigneur il nous a fait vivre dans son ombre », son goût pour les mots, sa découverte du théâtre, son passage à l’Académie Royale d’art dramatique à Londres et son retour au pays, où il a crée une compagnie qui sillonnait le pays, et enfin sa passion partagée avec Jessica.

Publié en 1974, en plein apartheid, le roman d’André Brink fut censuré et son auteur menacé. C’est au cours de son séjour en France au début des années 60, alors qu’il a 25 ans, qu’il prend conscience de l’ignominie de l’apartheid. « Je découvrais avec horreur ce que « les miens » faisaient depuis toujours, sur quelles atrocités et perversions notre fière civilisation blanche avait construit son édifice de moralité et de lumière chrétienne ». Avec l’instauration de l’apartheid, des choses qui, sans être faciles, étaient possibles entre Noirs et Blancs, comme voyager ensemble, faire du sport ensemble, s’aimer, deviennent interdites. Les Noirs sont assignés à des lieux d’habitation en fonction de leur présumée origine ethnique, logés dans des dortoirs lorsqu’ils travaillent, tandis que leur famille est maintenue dans des homelands. Même si certains Blancs développent des idées progressistes, ils n’arrivent pas à les imposer dans une société qui pervertit tous les rapports humains. Tout ceci est pointé avec justesse dans le livre d’André Brink et c’est cela qui a intéressé le metteur en scène Nelson-Rafaell Madel.

Théâtre : Au plus noir de la nuit

Son adaptation et sa mise en scène font alterner la narration, les dialogues et entre chaque séquence des parties chorégraphiées créées avec Jean-Hugues Mirédin, s’intercalent de façon à faire naître une « partition entre parole et mouvement, des rituels avec et au-delà du texte ». Malheureusement le côté systématique de ces parties dansées, surtout quand elles se veulent parodiques, alourdit le propos plus qu’elles ne l’éclairent. La distribution est un peu inégale et on retiendra surtout Mexianu Medenou qui incarne un Joseph Malan plein d’humanité, et Ulrich N’toyo, le poète révolté.

Et surtout il y a ce texte fort qui montre bien comment dans un pays où régnaient la censure, le racisme et l’arbitraire des Blancs, comme en Afrique du Sud au temps de l’apartheid, l’aventure théâtrale et les rêves d’un homme de théâtre noir ne pouvaient que se fracasser, mais qui révèle aussi que personne ne sort indemne d’un tel système.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h30

Théâtre de La Tempête

Cartoucherie

Route du Champ-de-Manoeuvre, 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)
  • « Marie-Antoinette »
    De Marie-Antoinette Stefan Zweig dit « Elle n’était ni la grande sainte du royalisme ni la grande « grue » de la Révolution, mais un être moyen, une femme en somme ordinaire, pas trop intelligente, pas... Lire la suite (13 septembre)