Actualité théâtrale

Ciné 13 Théâtre - Partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 5 janvier 2013

"Au plus simple" Texte et mise en scène de Frédéric Tokarz

Benoît annonce à Tiphaine qu’il a invité à dîner Alex, son collègue, un ami du couple depuis toujours, qui se retrouve seul après une séparation. Tiphaine, de son côté, a invité Émilie, une amie récente, célibataire et qui ne connaît pas encore Benoît.

Alex arrive le premier et l’idée vient au trio, pour le simple plaisir du canular d’inverser les rôles, de présenter à Émilie, Alex comme le mari de Tiphaine et Benoît, comme l’ami du couple.

Ce qu’ils ignorent, c’est que cette idée de potache qu’ils imaginaient comme un jeu anodin, va avoir des conséquences plus profondes qui transformeront le quiproquo en situations grinçantes et en règlements de comptes.

L’idée n’est pas neuve, mais la vigueur de jeu des comédiens convient bien à la supercherie et à la cascade de situations qu’elle engendre.

Le rythme est vif, le ton est à la bonne humeur et quand apparaissent les premiers accrocs dans le déroulement de la soirée, on est encore dans la comédie.

Frédéric Tokarz aurait dû s’en tenir aux ressorts provoqués par l’échange des rôles. Cela aurait suffi à alimenter, avec les rebondissements, une comédie livrée à la tonicité des comédiens, sans autre prétention que celle d’amuser.

Lorsque le canular lancé comme un jeu anodin, revient en boomerang et réveille de vieux sentiments qu’on avait enfouis, la pièce parvient, malgré les grincements venus du passé, à rester dans le domaine de la drôlerie.

Le tort qu’a eu Frédéric Tokarz est d’avoir "chargé la barque" avec des rajouts faisant référence à des problèmes actuels : précarité professionnelle, délocalisation, endettements des jeunes couples, négociations avec les banques…

Sans doute a-t-il pensé qu’en incluant dans la comédie des éléments venant en rupture, il allait donner plus de tenue à sa pièce.

Or, ces rajouts qui ne "prennent" pas s’avèrent inutiles.

A cette réserve près, l’échafaudage des quiproquos, l’imbrication des situations, l’entrecroisement des subterfuges sont plutôt adroits et l’ensemble fonctionne bien.

Le public qui n’est venu là que pour une heure et demie de divertissement trouve son compte avec ce spectacle qui est une agréable "bulle".

Francis Dubois

Ciné 13 Théâtre, 1 Avenue Junot 75 018 Paris

Théâtre LEPIC

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 54 15 12

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)