Actualité théâtrale

Jusqu’au 31 décembre à l’Artistic Théâtre

« Audience et vernissage »

Václav Havel, le plus célèbre dissident tchèque, écrivain devenu le premier Président de la Tchécoslovaquie en 1989, a écrit ces deux courtes pièces en 1975. Dans Audience , Vanĕk, le double théâtral de Václav Havel, est convoqué par le directeur de la Brasserie où, pour survivre après que ses écrits ont été interdits, il est contraint de « rouler des fûts », ce qui fut le sort de Václav Havel. Á grands renforts de bières, auxquelles Vanĕk s’efforce d’échapper, le directeur alterne menaces voilées et vagues promesses pour lui proposer un marché. Vanĕk peut-il se résigner ?

Théâtre : Audience et Vernissage

Dans Vernissage Ferdinand Vanĕk est invité pour un vernissage privé chez un couple d’amis. Peut-être ont-ils autrefois fréquenté les mêmes cercles intellectuels dissidents, mais ceux-là ont « réussi ». Ils ont un appartement bourgeois, une collection de tableaux, un enfant merveilleux, des disques qu’il rapporte de Suisse et chez eux on déguste des clams au chutney qu’elle prépare. Ils sont très satisfaits d’eux et sous couvert de conseils amicaux, s’efforcent de démolir, avec une constance qui ne faiblit jamais, les choix de vie de Ferdinand, critiquent sa femme qui ne sait pas cuisiner et rendre leur logis si attractif qu’il n’éprouvera plus le besoin de passer des soirées au café avec d’autres « ratés ». Ferdinand Vanĕk va-t-il enfin se ranger et les imiter ?

Dans les deux pièces le personnage reste fidèle à lui-même et à ses convictions. Sans éclats il résiste à un système où chacun surveille l’autre et n’hésite pas à le dénoncer pour garder sa position. On est bien dans l’Europe de l’Est des années 70 et 80, ce dont témoignent par exemple les photos au mur de l’actrice adorée des Tchèques dans les années 60-70, la Bohdalova. Pourtant le texte trouve un écho aujourd’hui car si la résistance à l’idéologie dominante a changé de camp, elle est toujours d’actualité.

L’humour caustique et l’autodérision caractéristiques de l’œuvre de Václav Havel sont bien mis en valeur par la mise en scène. Après l’atelier vitré de Audience, où le directeur dort la tête sur son bureau, un alignement de dizaines de bouteilles de bières à ses pieds, face à un Vanĕk qui voudrait bien être ailleurs, les spectateurs sont invités à rejoindre un salon bourgeois où s’alignent sur les murs dix-neuf exemplaires, dans des formats différents, du même tableau d’un peintre célèbre. Tandis que le directeur tente de faire ingurgiter force bières au malheureux Vanĕk, le couple bourgeois cherche à le gaver de clams et pendant ce temps, les plantes vertes ont du mal à résister à l’arrosage à la bière ! Cédric Colas incarne Vanĕk dans les deux pièces. Dans Audience , il oppose une patience résignée et une résistance calme au Sladek lourd et autoritaire qu’interprète Stéphane Fiévet. Dans Vernissage , il finira par fuir ses « amis », Véra, personnage en représentation permanente que joue avec humour Frédérique Lazarini, et Michael, imbu de sa personne et tout aussi peu sincère, qu’incarne Marc Schapira. Un texte percutant, une mise en scène et des acteurs pleins d’humour voilà de quoi assurer le succès de cette soirée.

Micheline Rousselet

Mardi, mercredi, jeudi à 19h, samedi à 18h, dimanche à 15h

Artistic Théâtre

45 bis rue Richard Lenoir, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 56 38 32

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le paradoxe des jumeaux » de Jean-Louis Bauer et Elisabeth Bouchaud.
    Après la mort de Pierre Curie, Marie Curie va poursuivre seule et avec la même détermination ses recherches sur la radioactivité avant de faire des découvertes majeures sur le radium et le polonium.... Lire la suite (22 novembre)
  • « Price »
    Dans une petite ville américaine, où l’industrie décline tandis que la pollution et le chômage augmentent, Dany, qui vient de terminer le lycée, s’interroge sur son avenir, tout comme ses copains Larry... Lire la suite (22 novembre)
  • « Carnet de notes »
    Ils sont sept, quatre filles et trois garçons, sans oublier quelques instruments de musique, et l’on s’embarque avec eux pour un voyage dans l’école, de la primaire au lycée. Avec eux on est élève,... Lire la suite (21 novembre)
  • « Le soliloque de Grimm »
    Une tente quechua passablement déglinguée, un fauteuil défoncé d’où déborde le crin, une radio, un jerrycan, une vieille affiche de théâtre, une chaise percée pour SDF du vingt-et-unième siècle, une... Lire la suite (21 novembre)
  • « Ça va ? » de Jean-Claude Grumberg.
    Rien de plus anodin que la première question qu’on pose machinalement à la personne de sa connaissance qu’on croise : « ça va ? ». Une question qui à priori, ne porte pas à conséquence puisque le plus... Lire la suite (18 novembre)