Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 juin au Funambule Montmartre

« Australopithèques modernes »

Si l’homme se distingue de la bête par le rire comme l’a dit Rabelais, embarquez au Théâtre du Funambule pour dix saynètes drôles, loufoques souvent, énigmatiques ou inquiétantes parfois. On pense aux Monty Python et à Pierre Dac dans ce monde où le jazz peut ne pas être manouche, où un jouet, une voiture tirée par une ficelle, peut résoudre au prix d’une règle de trois plutôt délirante tous nos problèmes d’énergie, où un couple devient parent d’un téléphone portable, et est invité par la mère pour fêter sa nouvelle adresse IP !

L’absurde pointe sous une apparence de rationalité parfaite. D’une situation banale on glisse peu à peu vers un univers décalé un peu inquiétant, où l’on annonce au personnage que, suite à l’analyse de son code génétique, il va mourir le 3 juillet. S’ensuit un dialogue emblématique de la pièce. Sa compagne lui demande si on lui dit de quoi il va mourir et il répond qu’ils ne le disent pas pour ne pas l’inquiéter ! Dans une société qui manque de sens, de programme et de liens, les personnages vont réagir en adultes infantilisés.
Dans sa mise en scène, Didier Brice nous les présente donc en youpala, dans un univers où les objets ont l’air de vieux jouets bricolés. Mylo et Emmanuel Dabbous ont la folie nécessaire pour porter ce texte de Christophe Delort, inattendu, bizarre parfois, drôle toujours.
Micheline Rousselet

Théâtre Le Funambule Montmartre,
53 rue des Saules, 75018 Paris
Du jeudi au samedi à 20h, le dimanche à 16h
Réservations : 01 42 23 88 83
(se réclamer du Snes et de cet article, le Théâtre étant sollicité pour le partenariat Réduc’snes)
www.funambule-montmartre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)