Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 juin au Funambule Montmartre

« Australopithèques modernes »

Si l’homme se distingue de la bête par le rire comme l’a dit Rabelais, embarquez au Théâtre du Funambule pour dix saynètes drôles, loufoques souvent, énigmatiques ou inquiétantes parfois. On pense aux Monty Python et à Pierre Dac dans ce monde où le jazz peut ne pas être manouche, où un jouet, une voiture tirée par une ficelle, peut résoudre au prix d’une règle de trois plutôt délirante tous nos problèmes d’énergie, où un couple devient parent d’un téléphone portable, et est invité par la mère pour fêter sa nouvelle adresse IP !

L’absurde pointe sous une apparence de rationalité parfaite. D’une situation banale on glisse peu à peu vers un univers décalé un peu inquiétant, où l’on annonce au personnage que, suite à l’analyse de son code génétique, il va mourir le 3 juillet. S’ensuit un dialogue emblématique de la pièce. Sa compagne lui demande si on lui dit de quoi il va mourir et il répond qu’ils ne le disent pas pour ne pas l’inquiéter ! Dans une société qui manque de sens, de programme et de liens, les personnages vont réagir en adultes infantilisés.
Dans sa mise en scène, Didier Brice nous les présente donc en youpala, dans un univers où les objets ont l’air de vieux jouets bricolés. Mylo et Emmanuel Dabbous ont la folie nécessaire pour porter ce texte de Christophe Delort, inattendu, bizarre parfois, drôle toujours.
Micheline Rousselet

Théâtre Le Funambule Montmartre,
53 rue des Saules, 75018 Paris
Du jeudi au samedi à 20h, le dimanche à 16h
Réservations : 01 42 23 88 83
(se réclamer du Snes et de cet article, le Théâtre étant sollicité pour le partenariat Réduc’snes)
www.funambule-montmartre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)