Actualité théâtrale

Jusqu’au 19 juin au Funambule Montmartre

« Australopithèques modernes »

Si l’homme se distingue de la bête par le rire comme l’a dit Rabelais, embarquez au Théâtre du Funambule pour dix saynètes drôles, loufoques souvent, énigmatiques ou inquiétantes parfois. On pense aux Monty Python et à Pierre Dac dans ce monde où le jazz peut ne pas être manouche, où un jouet, une voiture tirée par une ficelle, peut résoudre au prix d’une règle de trois plutôt délirante tous nos problèmes d’énergie, où un couple devient parent d’un téléphone portable, et est invité par la mère pour fêter sa nouvelle adresse IP !

L’absurde pointe sous une apparence de rationalité parfaite. D’une situation banale on glisse peu à peu vers un univers décalé un peu inquiétant, où l’on annonce au personnage que, suite à l’analyse de son code génétique, il va mourir le 3 juillet. S’ensuit un dialogue emblématique de la pièce. Sa compagne lui demande si on lui dit de quoi il va mourir et il répond qu’ils ne le disent pas pour ne pas l’inquiéter ! Dans une société qui manque de sens, de programme et de liens, les personnages vont réagir en adultes infantilisés.
Dans sa mise en scène, Didier Brice nous les présente donc en youpala, dans un univers où les objets ont l’air de vieux jouets bricolés. Mylo et Emmanuel Dabbous ont la folie nécessaire pour porter ce texte de Christophe Delort, inattendu, bizarre parfois, drôle toujours.
Micheline Rousselet

Théâtre Le Funambule Montmartre,
53 rue des Saules, 75018 Paris
Du jeudi au samedi à 20h, le dimanche à 16h
Réservations : 01 42 23 88 83
(se réclamer du Snes et de cet article, le Théâtre étant sollicité pour le partenariat Réduc’snes)
www.funambule-montmartre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)