Actualité théâtrale

"Auteurs en Acte"-Festival de Théâtre d’aujourd’hui à Bagneux du 8 au 15 novembre 2008

Pour cette nouvelle édition, le Festival " Auteurs en acte " dont nous avons présenté la qualité à plusieurs reprises au cours des années précédentes, plutôt que de célébrer le quarantième anniversaire de mai 68, a préféré, en guise de commémoration, poser la question :
Y a –t-il eu un théâtre légué par les évènements et l’esprit de 68 ?

Evitant un théâtre qui s’est beaucoup assagi depuis, ainsi que les noms des repentis de 68, " Auteurs en Acte " est allé vers ceux, plus silencieux, qui sont restés fidèles, dans l’esprit, dans leurs pratiques artistiques et dans leurs choix esthétiques au grand rêve qu’a été 68. Ceux qui pratiquent encore un théâtre où " il se passe quelque chose ".
Dans la programmation 2008 du Festival apparaissent trois noms d’auteurs mythiques, Armand Gatti, Alejandro Jodorowsky et Fernando Arrabal auxquels s’ajouteront les noms de ceux qui, aujourd’hui ont emprunté, pour leurs créations, des cheminements parallèles : Lazare, Nicolas Bonneau, Jeanne Poitevin…
Au travers des 21 rendez-vous prévus dans la programmation, "Auteurs en Acte" nous permettra de retrouver cet héritage silencieux dont aucun des noms n’a figuré au cours des différentes commémorations.
Le festival ouvrira le samedi 8 novembre sur un débat "Paroles en acte " qui aura lieu à 15 heures à la Médiathèque Louis Aragon.
A 20h 30 se donnera « Des idéaux » de Jeanne Poitevin au Théâtre Victor Hugo.
Le dimanche 9 novembre à 17 heures ce sera " Women, men 68 " au théâtre Victor Hugo.
Lundi 10 novembre à 20h 30, au Théâtre Victor Hugo, " Comme un lis entre les épines" de Fernando Arrabal.
Mardi 11 novembre à 20h30 "Interdit aux plus de 30 ans" d’Armand Gatti au Théâtre Victor Hugo.
Mercredi 12 novembre, à 20H 30, CSC Jacques Prévert : "Armand Gatti est-ce un nom d’arbre ?" de Julien Luneau.
Jeudi 13 et vendredi 14 novembre à 18h 30 au Théâtre Ephémère de Poche "La plage oubliée" de Joëlle Rouland.
Jeudi 13 novembre à 20h 30, Salle Léo Ferré "Passé-je ne sais où, qui revient" de Lazare.
Vendredi 14 novembre, à 20 h30 au Théâtre Victor Hugo, " L’école des ventriloques " de Alexandre Jodorowsky.
Samedi 15 novembre à 20h 30, salle Léo Ferré, "Cabaret Panique" d’Alexandre Jodorowsky : représentation exceptionnelle par nos amis de la "Compagnie Aleph" associés pour cette occasion à la "Compagnie SourouS", mise en scène par Marcos Malavia (attention places limitées, réservation indispensable)
Samedi 15 novembre, 22 heures, Salle Léo Ferré (rue Charles Michels - RER B arrêt Bagneux), Soirée de Clôture –Bal utopique 68.
Réservez vite en vous réclamant de cette information présentée sur le site du Snes.
Francis Dubois, Philippe Laville

Réservations au
Théâtre Victor Hugo, 14, avenue Victor Hugo, à Bagneux (92) : 01 46 63 10 54

Plus d’infos sur le site de l’équipe d’organisation de ce Festival, associant quelques collègues et amis partenaires du Snes de longue date : http://www.auteursenacte.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Veillée de famille »
    Deux frères et une sœur autour de la cinquantaine vont et viennent, discutent de tout et de rien pendant que de l’autre côté du couloir, leur vieille mère agonise. La conversation les conduit au bout... Lire la suite (21 mars)
  • « Le pays lointain »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens, comme dans Juste la fin du... Lire la suite (21 mars)
  • « Madame Pink » Comédie d’Alfredo Arias et René de Ceccatty
    Pour rompre avec la monotonie de sa vie conjugale, madame Pink, une grande bourgeoise excentrique, décide un jour d’adopter un caniche. Or, le petit chien Roxie ira bien au delà des espérances de sa... Lire la suite (20 mars)
  • « Qui a tué mon père »
    C’est à la demande de Stanislas Nordey, acteur et metteur en scène reconnu, que Édouard Louis a écrit ce texte. C’est à une réconciliation avec ce père honni dans En finir avec Eddie Bellegueule que... Lire la suite (20 mars)
  • « Et ma cendre sera plus chaude que leur vie »
    Marina Tsvetaeva, qui connut un destin tragique, est une des plus grandes poétesses russes de la première moitié du XXème siècle. Son destin suit l’histoire russe. Son mari épouse d’abord la cause des... Lire la suite (19 mars)