Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond Point

"Azimut" Jusqu’au 29 juin

Dans sa recherche d’un « théâtre physique » à la croisée du cirque, de la danse, des arts visuels et de la musique, Aurélien Bory présente Azimut né de sa rencontre avec le groupe acrobatique de Tanger. Au Maroc, on les appelle les enfants de Sidi Ahmed Ou Moussa, du nom d’un Sage soufi du XVIème siècle, considéré comme le Saint Patron de l’acrobatie marocaine. Dans la légende ce Sage parvint au ciel, mais regardant la terre et ses hommes, il préféra revenir. Azimut vient de l’arabe et signifie « les chemins », mais c’est aussi un terme d’astronomie qui désigne l’angle entre les astres et l’observateur. C’est donc vers le ciel que leur art va mener ces acrobates.
Tout commence par un chant pur qui s’élève vers le ciel. La scène est plongée dans la pénombre. De lourds sacs suspendus flottent et peu à peu des corps apparaissent suspendus à des fils invisibles, des pyramides humaines se forment lentement avec une aisance confondante. Une femme enceinte tente de contenir un groupe d’hommes qui se poussent. Peu à peu ils semblent glisser hors d’elle qui les regarde, étonnée de leur avoir donné naissance. Et, à la fin, c’est en sautant dans un des sacs, dont on s’étonne qu’il puisse contenir autant d’hommes, qu’ils disparaissent.

Souples comme des chats, les acrobates semblent être en apesanteur, flotter dans l’air, voler. Tantôt, accrochés au sol, ils peinent tirant les sacs et formant une suite d’obliques au parallélisme parfait, tantôt, échappant à la gravité terrestre ils enchaînent des roues à très grande vitesse, tels des astres qui s’affolent. On ne sait plus si ce qu’on admire le plus c’est la performance des acrobates, la beauté des images visuelles que crée Aurélien Bory ou les éclairages qui magnifient les déplacements. On gardera longtemps en mémoire ces acrobates qui se déplacent sur un quadrillage géant dressé à la verticale, comme la feuille de papier d’un peintre. Une ambiance poétique, mystérieuse, envoûtante, magnifiée par la musique et les chants arabes, s’installe. Sur le plan visuel c’est d’une beauté renversante.

Micheline Rousselet

Tous les jours sauf le lundi à 21h. Relâche les 29, 30 et 31 mai, le 1er, 8, 10, 17 et24 juin
Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)