Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond Point

"Azimut" Jusqu’au 29 juin

Dans sa recherche d’un « théâtre physique » à la croisée du cirque, de la danse, des arts visuels et de la musique, Aurélien Bory présente Azimut né de sa rencontre avec le groupe acrobatique de Tanger. Au Maroc, on les appelle les enfants de Sidi Ahmed Ou Moussa, du nom d’un Sage soufi du XVIème siècle, considéré comme le Saint Patron de l’acrobatie marocaine. Dans la légende ce Sage parvint au ciel, mais regardant la terre et ses hommes, il préféra revenir. Azimut vient de l’arabe et signifie « les chemins », mais c’est aussi un terme d’astronomie qui désigne l’angle entre les astres et l’observateur. C’est donc vers le ciel que leur art va mener ces acrobates.
Tout commence par un chant pur qui s’élève vers le ciel. La scène est plongée dans la pénombre. De lourds sacs suspendus flottent et peu à peu des corps apparaissent suspendus à des fils invisibles, des pyramides humaines se forment lentement avec une aisance confondante. Une femme enceinte tente de contenir un groupe d’hommes qui se poussent. Peu à peu ils semblent glisser hors d’elle qui les regarde, étonnée de leur avoir donné naissance. Et, à la fin, c’est en sautant dans un des sacs, dont on s’étonne qu’il puisse contenir autant d’hommes, qu’ils disparaissent.

Souples comme des chats, les acrobates semblent être en apesanteur, flotter dans l’air, voler. Tantôt, accrochés au sol, ils peinent tirant les sacs et formant une suite d’obliques au parallélisme parfait, tantôt, échappant à la gravité terrestre ils enchaînent des roues à très grande vitesse, tels des astres qui s’affolent. On ne sait plus si ce qu’on admire le plus c’est la performance des acrobates, la beauté des images visuelles que crée Aurélien Bory ou les éclairages qui magnifient les déplacements. On gardera longtemps en mémoire ces acrobates qui se déplacent sur un quadrillage géant dressé à la verticale, comme la feuille de papier d’un peintre. Une ambiance poétique, mystérieuse, envoûtante, magnifiée par la musique et les chants arabes, s’installe. Sur le plan visuel c’est d’une beauté renversante.

Micheline Rousselet

Tous les jours sauf le lundi à 21h. Relâche les 29, 30 et 31 mai, le 1er, 8, 10, 17 et24 juin
Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)