Communiqués

Bac 2013 : une galère pour les élèves et les profs

Le bac 2013 est la première session de la réforme du lycée. La mise en place des nouvelles épreuves pose de nombreux problèmes.

Pour les langues vivantes, les épreuves orales en séries S, ES et technologiques reposent totalement sur une organisation locale, à la (sur)charge des enseignants.
Les profs sont mis dans une position intenable, devant organiser des épreuves pour leurs propres élèves, sans consignes claires ni soutien matériel (absence de banque de sujets, problèmes de droits sur les documents audiovisuels, par exemple).
Les épreuves se déroulent de manière disparate et s’étalent de février à mai selon les lycées. L’éducation nationale ne s’est pas donné les moyens de contrôler que tout se passe partout de la même façon, les élèves ne sont plus à égalité devant l’examen.

En séries technologiques et pour les nouvelles épreuves de droit et grands enjeux du monde contemporain (série littéraire), d’informatique et sciences du numérique ainsi que d’histoire-géographie (série scientifique), l’organisation de l’ensemble des épreuves pratiques et de projet (jurys, contenu des épreuves…) est aussi renvoyée aux enseignants, ce qui n’est pas admissible. Par ailleurs, en SES, les enseignants ne sont pas en mesure d’expliciter à leurs élèves les attentes des nouvelles épreuves, faute d’instructions claires.

En histoire-géographie et sciences économiques et sociales, les programmes de terminale sont infaisables, mettant enseignants et élèves en difficulté et rendant l’évaluation aléatoire. Dans l’urgence, le SNES demande que les épreuves du baccalauréat fassent l’objet d’un aménagement, permettant aux élèves de mieux organiser leurs révisions.

En physique-chimie et SVT, les enseignants ont découvert au fil des mois depuis la rentrée le cadrage des nouvelles épreuves, les instructions continuant à ce jour d’arriver.
En littérature, l’horaire a diminué de moitié, mais l’épreuve est restée la même, sans que les enseignants n’aient reçu de consignes en terme de préparation.

« Tout ira bien », peut-être, mais surtout parce que les enseignants feront tout pour que les élèves ne soient pas trop pénalisés par les errements de la mise en place de la réforme des lycées.
Une telle situation n’est pas acceptable, ni pour les élèves qui voient s’accumuler les obstacles, ni pour les enseignants qui revendiquent le droit à la qualité de leur travail, ni pour le système qui n’a rien à gagner à la désorganisation du baccalauréat.
Le SNES réitère sa demande de cadrage et d’aménagement d’urgence de la session 2013 du baccalauréat.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Affectation post-bac, bac et lycée : pas de réforme à marche forcée !
    Le SNES-FSU a participé à la concertation enseignement supérieur en septembre-octobre et a rencontré la mission Mathiot sur le bac et le lycée le 13 novembre. Le projet de loi sur l’orientation et... Lire la suite (17 novembre)
  • Enseignement de la Shoah : pas de faux procès
    Dans son édition datée du vendredi 3 novembre, le Monde traite de la persistance de l’antisémitisme en France. Le sujet est illustré par un dessin de Plantu représentant un enseignant affirmant ne plus... Lire la suite (3 novembre)
  • Grève
    La grève de ce jour constitue un avertissement sévère que le gouvernement devrait prendre au sérieux. Quelques mois après son élection, la politique du Président de la République a eu pour effet de... Lire la suite (10 octobre)
  • La Cour des Comptes cible à nouveau les enseignants
    La Cour des Comptes a publié son rapport « Gérer les enseignants autrement. Une réforme qui reste à faire ». Elle y égrène, comme chaque année, un certain nombre de poncifs habituels de la pensée libérale... Lire la suite (4 octobre)
  • Budget 2018
    Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du... Lire la suite (28 septembre)

Mots-clés