Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

"Baïkal Mer sacrée" de Philippe GUICHARDAZ – Irina MUZYKA

Culture-livres Grand comme la Belgique, et en expansion, c’est la plus grande réserve d’eau douce, le plus profond et le plus ancien lac du monde, auquel on peut accéder avec le Transsibérien. Mais peut-on encore parler de lac ? Les regards croisés d’un collègue Français et d’une Sibérienne permettent de découvrir les multiples facettes, tant touristiques, historiques, économiques, géologiques, religieuses... de cette région qui, avec un bassin d’alimentation presque aussi étendu que la France, fut, à l’initiative de scientifiques, celle de l’éveil d’une conscience écologique, avec de premières mobilisations publiques en URSS débouchant sur des mesures de protection dès les années 60...

Nous avons demandé à une autre collègue, ayant séjourné plusieurs fois dans cette région méconnue où elle a de nombreux amis, de présenter cet ouvrage ci-dessous.

Philippe Laville

=====================================

Baïkal : Mystère du nom, parfois inconnu en France.

Mer : Par son immensité, les riverains Russes et Bouriates appellent ainsi cette immense réserve d’eau douce.

Sacrée : Par ses trois religions -Chamanisme, Bouddhisme, Orthodoxie- qui y cohabitent en parfaite harmonie.

Ce petit livre expose dans un style agréable, de manière simple et concrète, ce qu’il est important de connaître sur cette région (ou sur cet endroit mythique)

Situation géographique, peuplement et évolution au sein de l’immense Sibérie.

Le Baïkal à travers l’histoire de la Russie et de la Sibérie.

L’actualité, le développement et l’avenir de ce petit bout du monde.

L’avenir : les auteurs, de façon objectiver et documentée évoquent l’originalité et le devenir du Baïkal. En quelques années, l’afflux des touristes (européens, asiatiques, et surtout russes) va bouleverser un mode de vie ancestral.
Pour celui qui connaît déjà le Baïkal, et pour celui qui veut le découvrir, le chapitre sur l’île d’Olkhone est une invitation au voyage. Les auteurs donnent aussi au lecteur le désir de découvrir l’ensemble du Baïkal :
Irkouts, capitale de la Sibérie orientale, qui fut aussi capitale de l’Alaska, découverte et conquise par les russes.
La république autonome de Bouriatie, qui borde la rive est du Baïkal, terre des Bouriates, ethnie d’origine mongole.
Le transsibérien, qui a permis de développer cette région et qui est un élément important du tourisme en Sibérie..
Quand on a eu la chance comme moi de découvrir en été et surtout en hiver le berceau du chamanisme sibérien, on quitte à regret le Baïkal et on rêve d’y revenir…
Jeanine Prioul
=======================================

. Baïkal Mer sacrée par Philippe Guichardaz et Irina Muzyka, Ed. Pages du monde, 2014, 160 p. www.pagesdumonde.fr

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues