Actualité théâtrale

Jusqu’au 15 avril au Théâtre Les Déchargeurs

« Banque centrale » Réduc’Snes

Quel est le rôle d’une Banque Centrale ? Comment se fait-il que les États ne puissent plus lui emprunter comme ils le faisaient, il n’y a pas si longtemps ? Et d’ailleurs qui crée la monnaie ? D’où sort le pouvoir de plus en plus exorbitant des banques ? Et ces subprimes, dont on a tant parlé, c’est quoi ? Vous n’êtes pas économiste et vous voudriez bien y comprendre quelque chose. Mais vous ne voudriez pas vous ennuyer.

Théâtre : Banque centrale

Franck Chevallay s’est plongé dans la question et a décidé de vous aider. Il a trouvé que cette histoire avait quelque chose qui semblait aller à l’encontre du bon sens. Alors pourquoi ne pas la placer dans un asile d’aliénés ? Mais qui est fou ? Le personnage ou le système dans lequel il évolue ? Pour y comprendre quelque chose l’auteur s’est dit qu’il fallait personnifier les choses. C’est donc le fou qui demandera à être Banque centrale ou État ou banque, successivement au fur et à mesure que les problèmes apparaissent. C’est à travers le voyage d’une pièce d’or que l’on suit l’histoire de l’évolution de la création de monnaie. C’est dans deux coupes de champagne qu’on comprend ce qu’est l’inflation !
Cela vous intrigue ? Alors allez voir Franck Chevallay. Il ne s’est pas contenté d’écrire la pièce, il l’a mise en scène avec la complicité d’Alexandre Zloto et surtout il la joue. Il arrive pieds nus en pyjama, en fou qui va voir le médecin de l’asile pour demander à changer de service, devenir l’État, la Banque Centrale, les banques, etc. En prenant le ton du naïf qui essaie de comprendre, il dévoile tout ce que le système cache sous le vocabulaire et le ton de l’expert qui considère son interlocuteur comme un sot. Plutôt que de prendre le point de vue du militant qui ne convaincrait que ceux qui le sont déjà, il adopte le ton de la comédie et révèle ainsi toute la folie du système, où il faut continuer à pédaler pour ne pas tomber, mais aussi son cynisme. Seul en scène il nous promène de l’asile au vaste monde à la suite de la pièce d’or. Il prend la mine du quidam qui essaie de comprendre ou celle de l’expert qui justifie, le ton des banques qui crient « c’est la fin du monde, il faut nous sauver ! » et sermonnent les États qui se sont endettés, entre autres, pour les renflouer. Il semble déminer le sujet et il le subvertit complètement. Même lorsqu’on est un peu économiste, on est séduit par ses capacités de pédagogue et d’humoriste. C’est éblouissant !
Comment apprendre en s’amusant, comment se poser des questions qui invitent à aller plus loin, tout en riant ? Lorsque Thomas Carlyle disait que l’économie est une science lugubre, il n’avait pas vu Banque Centrale. Il faut dire que c’était en 1849, il avait une excuse, pas vous. Allez-y, vous ne le regretterez pas et si vous souhaitez y emmener vos élèves, prenez contact avec le théâtre.

Micheline Rousselet

Les samedis à 19h30
Théâtre Les Déchargeurs
3 rue des déchargeurs, 75001 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)