Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Mathieu Amalric (France)

« Barbara » Sortie en salles le 6 septembre 2017.

Yves Zand, un réalisateur français, s’apprête à tourner un film sur la chanteuse Barbara.

L’actrice qui s’apprête à l’interpréter s’imprègne du personnage fantasque et souvent imprévisible de la célèbre artiste. Elle travaille les postures, la voix, les partitions, le piano, les regards jusqu’à se laisser submerger par son modèle, jusqu’à ne faire qu’une avec elle, à parvenir à un phénomène de mimétisme, une presque parfaite superposition des deux visages.

Pendant ce temps, le réalisateur travaille sur les documents d’archives, sur la musique et se laisse emporter par son admiration pour l’une et l’autre.

Les deux femmes se confondent au point qu’on peut se demander de qui le film d’Yves Zand est le portrait : celui de Barbara immortalisée par tant de chansons intemporelles, femme secrète et ténébreuse, ou celui de Jeanne Balibar, l’interprète sublime.

De l’une et de l’autre assurément...

Cinéma : Barbara

On imagine que si Mathieu Amalric a choisi de réaliser un film sur Barbara, c’est qu’il porte à la chanteuse une admiration particulière. Mais ne serait-ce pas aussi parce qu’il avait flairé la ressemblance entre Jeanne Balibar et Barbara qu’il a repris ce projet que Pierre Léon voulait réaliser depuis plusieurs années sans y parvenir.

Il offre à celle avec qui il partagea sa vie un rôle à la mesure de son talent, en sachant qu’elle serait celle qui, par son talent, sa finesse de comédienne, relèverait le défi de façon superbe.

Mathieu Amalric s’est complètement éloigné du biopic classique et même dans la préparation du film qu’il projette de faire, Yves Zand, son double, ne semble pas répondre aux règles de cet exercice en vogue dans la production cinématographique depuis maintenant plus d’une une décennie.

De nombreux documents d’époque retracent la carrière de la chanteuse depuis ses débuts à «  l’écluse  » , célèbre cabaret Rive-Gauche jusqu’à ses passages dans les salles les plus prestigieuses et des tournées où elle connut un immense succès. Et si on approche Barbara dans des moments intimes inattendus qui reflétaient sa nature fantasque, si la caméra rôde autour de la demeure qu’elle possédait en Seine et Marne, le mystère du personnage reste intact...

Le film d’Amalric est un hommage à deux femmes d’exception qui apparaissent en miroir jusqu’à la ressemblance physique.

Et même si la carrière exigeante de Jeanne Balibar au cinéma et au théâtre ne l’a jamais placée au rang d’une reconnaissance du « grand public » le talentueux cinéaste en fait avec ce film où elle éblouit, une icône dont la splendeur rend pâlichonnes toutes les stars du moment du cinéma français.

A tous points de vue, dans sa construction, dans les subtilités du scénario, dans la magie d’une mise en scène troublante et enchanteresse, dans l’image, les lumières, le chatoiement des étoffes, le film de Mathieu Amalric est un travail d’orfèvre, un magnifique ouvrage de dentelle fine...

Superbe, superbe superbe !

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « L’insensible »
    Sa mère a abandonné Denis quand il venait de naître. Il a grandi dans un orphelinat où on a décelé l’étrange maladie dont il est atteint et dont la particularité est de l’avoir rendu insensible à la... Lire la suite (9 septembre)
  • « Une joie secrète »
    La chorégraphe Nadia Vadori-Gauthier a été très éprouvée par l’attentat à Charlie Hebdo et depuis 2015, elle a décidé comme une revanche, comme un acte de vie, de danser chaque jour pendant une minute dans... Lire la suite (8 septembre)
  • « Jeanne »
    Année 1429, la guerre de cent ans fait rage. Jeanne, jeune bergère, est mystérieusement investie d’un mission guerrière et spirituelle. Obéissant aux voix qui l’ont guidée, elle délivre la ville... Lire la suite (8 septembre)
  • « Viendra le feu »
    Amador Coro a purgé une peine de prison pour avoir, dans le passé, provoqué un incendie. A sa sortie, il n’a eu d’autre solution que de retourner dans le petit village perché des montagnes de la... Lire la suite (1er septembre)
  • "Liberté "
    En 1774, à la veille de la Révolution Française , madame de Dumeval, le Duc de Wand et le Comte de Tésis, aristocrates libertins expulsés de la Cour de Louis XVI, se retrouvent à la tombée de la nuit... Lire la suite (31 août)