Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Isild Le Besco (France)

"Bas-fonds" Sortie le 29 décembre 2010


Trois jeunes filles ont opté pour la marginalité. Magalie et Maris-Steph sont sœurs. Elles n’ont aucune activité et se traînent à longueur de temps, sales et jamais peignées, du lit au canapé défoncé d’où elles regardent des séries à l’eau de rose ou des films porno.
Barbara les a rejointes par amour pour Magalie qui ne cesse de la
cogner et de l’insulter. C’est la seule de la communauté à avoir une
activité professionnelle : femme de ménage dans les bureaux d’un quotidien régional.
Un soir, plus par désœuvrement que par nécessité, elles braquent une boulangerie de quartier. Les circonstances font qu’elles en arrivent à tuer le boulanger d’une décharge de chevrotine. Dès lors plus rien ne fonctionnera entre elles comme avant et toute l’agressivité des deux sœurs se portera désormais sur Barbara…
Certains détesteront le film d’Isild le Besco, trouveront le comportement des trois filles indéfendable et irréaliste, seront rebutés par la crasse dans laquelle elles vivent, toutes trois sales sur elles-mêmes, mangeant à la main des raviolis en boites qui constituent l’essentiel de leur nourriture et dont elles laissent dégouliner la sauce le long de leur menton.
La photographie, la manière de filmer, le grain « sale » des images pourront également déplaire mais on ne pourra pas ne pas reconnaître à la jeune réalisatrice, une patte personnelle, un courage, une audace et ce parti pris d’aller au bout de sa démarche.
Son film dérange plus qu’il n’irrite. Mais au moment où l’on peut trouver le propos vain, la démonstration inutile, on est saisi, sans doute par la répétitivité des scènes, l’insistance dans la description d’un univers trash poussé à l’extrême, par cettevolonté tenace de tracer le même sillon… Le film prend corps et peut-être même l’ampleur d’une véritable œuvre novatrice.
A dix sept ans, Isild le Besco réalisa "Demi-tarif" avec ses frères comme comédiens et une petite caméra DV. La sortie du film fut saluée. Il saisissait sur le vif un univers insoupçonné et le quotidien dérangeant de trois enfants livrés à eux-mêmes.
« Charly » en 2007 fut également loué par la critique.
Dans « Deux de la vague », le film qui raconte l’amitié qui lia pendant 20 ans JL Godard et François Truffaut, elle est une sorte de témoin relais du phénomène que fut la Nouvelle Vague, et dont elle pourrait bien devenir ou être déjà la continuité.
« Bas- fonds » est un film difficile à « franchir » mais qui mérite qu’on s’y confronte. C’est du cinéma impulsif que l’on peut trouver à la fois maniéré ou au contraire très dépouillé.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)