Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Isild Le Besco (France)

"Bas-fonds" Sortie le 29 décembre 2010


Trois jeunes filles ont opté pour la marginalité. Magalie et Maris-Steph sont sœurs. Elles n’ont aucune activité et se traînent à longueur de temps, sales et jamais peignées, du lit au canapé défoncé d’où elles regardent des séries à l’eau de rose ou des films porno.
Barbara les a rejointes par amour pour Magalie qui ne cesse de la
cogner et de l’insulter. C’est la seule de la communauté à avoir une
activité professionnelle : femme de ménage dans les bureaux d’un quotidien régional.
Un soir, plus par désœuvrement que par nécessité, elles braquent une boulangerie de quartier. Les circonstances font qu’elles en arrivent à tuer le boulanger d’une décharge de chevrotine. Dès lors plus rien ne fonctionnera entre elles comme avant et toute l’agressivité des deux sœurs se portera désormais sur Barbara…
Certains détesteront le film d’Isild le Besco, trouveront le comportement des trois filles indéfendable et irréaliste, seront rebutés par la crasse dans laquelle elles vivent, toutes trois sales sur elles-mêmes, mangeant à la main des raviolis en boites qui constituent l’essentiel de leur nourriture et dont elles laissent dégouliner la sauce le long de leur menton.
La photographie, la manière de filmer, le grain « sale » des images pourront également déplaire mais on ne pourra pas ne pas reconnaître à la jeune réalisatrice, une patte personnelle, un courage, une audace et ce parti pris d’aller au bout de sa démarche.
Son film dérange plus qu’il n’irrite. Mais au moment où l’on peut trouver le propos vain, la démonstration inutile, on est saisi, sans doute par la répétitivité des scènes, l’insistance dans la description d’un univers trash poussé à l’extrême, par cettevolonté tenace de tracer le même sillon… Le film prend corps et peut-être même l’ampleur d’une véritable œuvre novatrice.
A dix sept ans, Isild le Besco réalisa "Demi-tarif" avec ses frères comme comédiens et une petite caméra DV. La sortie du film fut saluée. Il saisissait sur le vif un univers insoupçonné et le quotidien dérangeant de trois enfants livrés à eux-mêmes.
« Charly » en 2007 fut également loué par la critique.
Dans « Deux de la vague », le film qui raconte l’amitié qui lia pendant 20 ans JL Godard et François Truffaut, elle est une sorte de témoin relais du phénomène que fut la Nouvelle Vague, et dont elle pourrait bien devenir ou être déjà la continuité.
« Bas- fonds » est un film difficile à « franchir » mais qui mérite qu’on s’y confronte. C’est du cinéma impulsif que l’on peut trouver à la fois maniéré ou au contraire très dépouillé.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)