Actualité théâtrale

Jusqu’au 28 juillet au Théâtre du Roi René

Beaucoup de bruit pour rien Avignon off

La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout autant l’époque de Skakespeare que la période de l’entre deux guerres, entre légèreté et insouciance d’une part, bruits de guerre et batailles de pouvoir de l’autre.
C’est avant tout une comédie et les scènes comiques sont très réussies, en particulier les interventions des gendarmes. Belles scènes de fête et de bal, avec la musique de Charles de Boisseguin et les très beaux costumes et masques de Virginie H.

théâtre : beaucoup de bruit pour rien

Mais le propos n’est pas que léger. Les deux personnages de Benedict et Béatrice, très bien interprétés par Étienne Launay et Salomé Villiers, donnent une image moderne des rapports hommes/femmes et de la conception qu’ils ont du mariage. Apparaît aussi la volonté de vengeance et celle de nuire en propageant la rumeur destructrice que l’on retrouve de nos jours via les réseaux sociaux.
Il faudrait nommer tous les acteurs, ils sont 10, tous excellents, la troupe étant très homogène.
Un classique dont les thèmes et leur traitement font écho à notre société actuelle, parlent aux jeunes autant qu’aux plus âgés. Du monde sur scène, des décors astucieux, du spectacle.... Cela change des spectacles "à l’économie" trop souvent présentés dans le Off.
Allez-y, emmenez vos enfants, une heure et demie de plaisir garantie !

Sylvie Chardon

Théâtre de Roi René (Salle de la Reine)
4 bis rue Grivolas - Avignon
04 90 82 24 35

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)