Actualité théâtrale

La Tempête Cartoucherie de Vincennes jusqu’au 11 décembre 2011

"Beaucoup de bruit pour rien" Partenaire Réduc’snes

" Beaucoup de bruit pour rien " de William Shakespeare, mise en scène Clément Poirée

La célébration du mariage qui devait lier la belle Héro au Comte Claudio est interrompue à la dernière minute, à la suite d’insinuations calomnieuses jetant le discrédit sur la personne de la jeune fille. Dans le même temps, il est question de faire éclore l’amour entre le fantasque gentilhomme Bénédict et la farouche Béatrice, tous deux, selon leurs dires, fermement opposés au sacrement du mariage…

"Beaucoup de bruit pour rien" est une comédie où l’on s’agite, rit, joue, où l’on s’affronte, chante. Le drame n’est jamais bien loin, même si l’on y sombre que par supercherie…

Clément Poirée a pris le texte à bras le corps en respectant l’esprit de l’écriture et en laissant la bride sur le cou à sa mise en scène le plus souvent inspirée, débordante d’inventivités, de cocasserie et d’apartés qui permettent, aux différents décors, de se succéder en des temps record derrière un rideau qui va et qui vient.

Le jeu des comédiens est à l’avenant et même si Alix Poisson, toute juste sortie de chez Feydeau, en fait beaucoup dans la première partie du spectacle, ou si Bruno Blairet, à force de sur-jeu, semble parfois courir après une "composition" mi-figue mi-raisin, les autres comédiens rattrapent largement le coup.

Et Jean-Claude Jay, au mieux de sa forme, ou Julien Villa, en traitant leur partition avec beaucoup plus de mesure - mais non sans fantaisie - apportent à la distribution un bel équilibre.

On rit, on s’amuse, on se laisse porter par le tourbillon de la mise en scène et au final, on passe une très bonne soirée, même si Clément Poirée, sans doute soucieux de soutenir le rythme, charge parfois la barque.

Si l’on comprend parfois mal l’éclectisme des costumes, on apprécie la musique de Stéphanie Gibert très bien utilisée et du coup, on pardonne les dérapages de jeu de certains comédiens et la surabondance d’idées.

La reprise du " Dindon" de Feydeau sur lequel Clément Poirée assistait Philippe Adrien et maintenant, cette comédie de Shakespeare menée tambour battant, laissent augurer une belle saison au théâtre de La Tempête.

 

Francis Dubois

 

Théâtre de La Tempête Cartoucherie de Vincennes Route du Champ de Manœuvre 75 012 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

 

 

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)