Actualité théâtrale

La Tempête Cartoucherie de Vincennes jusqu’au 11 décembre 2011

"Beaucoup de bruit pour rien" Partenaire Réduc’snes

" Beaucoup de bruit pour rien " de William Shakespeare, mise en scène Clément Poirée

La célébration du mariage qui devait lier la belle Héro au Comte Claudio est interrompue à la dernière minute, à la suite d’insinuations calomnieuses jetant le discrédit sur la personne de la jeune fille. Dans le même temps, il est question de faire éclore l’amour entre le fantasque gentilhomme Bénédict et la farouche Béatrice, tous deux, selon leurs dires, fermement opposés au sacrement du mariage…

"Beaucoup de bruit pour rien" est une comédie où l’on s’agite, rit, joue, où l’on s’affronte, chante. Le drame n’est jamais bien loin, même si l’on y sombre que par supercherie…

Clément Poirée a pris le texte à bras le corps en respectant l’esprit de l’écriture et en laissant la bride sur le cou à sa mise en scène le plus souvent inspirée, débordante d’inventivités, de cocasserie et d’apartés qui permettent, aux différents décors, de se succéder en des temps record derrière un rideau qui va et qui vient.

Le jeu des comédiens est à l’avenant et même si Alix Poisson, toute juste sortie de chez Feydeau, en fait beaucoup dans la première partie du spectacle, ou si Bruno Blairet, à force de sur-jeu, semble parfois courir après une "composition" mi-figue mi-raisin, les autres comédiens rattrapent largement le coup.

Et Jean-Claude Jay, au mieux de sa forme, ou Julien Villa, en traitant leur partition avec beaucoup plus de mesure - mais non sans fantaisie - apportent à la distribution un bel équilibre.

On rit, on s’amuse, on se laisse porter par le tourbillon de la mise en scène et au final, on passe une très bonne soirée, même si Clément Poirée, sans doute soucieux de soutenir le rythme, charge parfois la barque.

Si l’on comprend parfois mal l’éclectisme des costumes, on apprécie la musique de Stéphanie Gibert très bien utilisée et du coup, on pardonne les dérapages de jeu de certains comédiens et la surabondance d’idées.

La reprise du " Dindon" de Feydeau sur lequel Clément Poirée assistait Philippe Adrien et maintenant, cette comédie de Shakespeare menée tambour battant, laissent augurer une belle saison au théâtre de La Tempête.

 

Francis Dubois

 

Théâtre de La Tempête Cartoucherie de Vincennes Route du Champ de Manœuvre 75 012 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

 

 

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)