Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Cyprien Val (France)

"Bébé Tigre" Sortie en salle le 14 janvier 2015.

Many est arrivé en France à quinze ans venant du Pendjab au nord de l’Inde, la terre des Sikhs, un peuple qui revendique son indépendance contre l’état fédéral indien.

Ses parents, qui ont payé le prix fort à un passeur, attendent de lui qu’il trouve du travail et qu’il leur envoie de l’argent chaque mois.

Mais lorsque Kamel découvre l’âge de Many, il le dirige vers les services sociaux qui le prennent en charge, tenus de lui trouver jusqu’à sa majorité une famille d’accueil et un établissement scolaire où il va apprendre le français.

La législation concernant les mineurs isolés sur le sol français impose également qu’ils soient suivis par un éducateur et par un juge.

Un encadrement qui interdit à Many de travailler clandestinement et d’envoyer l’argent que sa famille attend chaque mois de lui.

Le jeune garçon pour répondre aux demandes pressantes de ses parents va devoir rentrer dans l’illégalité et devenir, pris dans une spirale, un "bébé tigre".

Cinéma : Bébé Tigre

Cyprien Val démonte sans détour le mécanisme de la présence sur le sol français de ces mineurs étrangers isolés mandatés par leurs parents.

Le passeur, même s’il appartient à une organisation mafieuse, s’il a fait passer le très jeune adolescent avec un faux passeport ou en achetant les services douaniers au Pendjab, n’est pas le monstre d’indifférence qu’on montre habituellement. Il devient même au fur et à mesure que le récit avance, une sorte de père de substitution mais sans pour autant se présenter comme un personnage providentiel.

Pris en charge par une famille d’accueil chaleureuse mais vigilante, Many retrouve la légèreté de ses quinze ans auprès de camarades de collège. Il est encouragé par des résultats scolaires satisfaisants.

Pourtant, il devra transgresser la règle, trahir les personnes qui lui faisaient confiance et entrer dans l’illégalité.

Cyprien Val réussit un film touchant sans jamais recourir, pas plus au drame ou au misérabilisme, qu’à la moindre trace d’angélisme.

La réussite et l’efficacité de " Bébé Tigre " tiennent autant à la maitrise de la mise en scène, à la précision du propos, qu’au talent des comédiens tous parfaitement justes.

Mention spéciale au jeune Harmendeep Palminder qui donne au personnage de Many à la fois tout ce qu’il comporte de fragilité et de charisme naissant. Il évoque parfaitement ce bébé tigre déjà instinctivement féroce mais qui ne sait pas encore se servir de ses crocs et de ses griffes.

On pourra reprocher au film d’être parfois un peu démonstratif mais ce léger défaut est contrebalancé par la luminosité du récit, sa pudeur.

De plus, le sujet des mineurs isolés sur le sol français n’a pas souvent été traité au cinéma et en cela, l’œuvre de Cyprien Val est précieuse.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)