Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Renaud Barret et Florent de la Tullaye (France)

"Benda Bilili !" Sortie en salles le 8 septembre

Ricky a un projet. Ou plutôt un rêve. Il s’agit pour lui d’arriver à imposer sa musique et de faire de Staff Benda Bilili le meilleur orchestre du Congo Kinshasa. Ils sont quelques uns, chanteurs, musiciens handicapés physiques auxquels s’ajoute Roger, un enfant des rues qui n’a qu’un désir, rejoindre les autres musiciens du ghetto qui se déplacent sur des fauteuils roulants et n’ont d’autres lieux de répétition que les allées du Parc zoologique.
Mais comment canaliser ces stars du ghetto et les fidéliser à un projet, les réunir tous pour les séances de répétition suivies ? Il faut pour cela déjouer tous les pièges de la rue à laquelle ils sont livrés et trouver dans le plaisir de la musique, la force d’espérer.
Roger, l’enfant des rues qui, du haut de sa naïveté, espère que la notoriété future lui permettra de payer les frais hospitaliers de sa mère, a inventé, avec une boite de conserve et une corde, un étonnant instrument de musique qui s’intègre parfaitement à l’ensemble de l’orchestre.
Pendant cinq ans, des toutes premières répétitions dans le Parc zoologique, jusqu’à leur triomphale tournée dans les Festivals du monde entier, Renaud Barret et Florent de La Tullaye ont suivi le travail de ce groupe atypique, joyeux et foutraque mais doué d’un talent exceptionnel.
Le film qu’ils ont réalisé est à l’image des individus qui y apparaissent. L’apparent manque de rigueur des répétitions se traduit dans le film par des enchaînements sans recherche, un récit un peu chaotique et des moments qui vont au gré de l’allégresse ambiante, d’une inquiétude, d’un questionnement qui passe dans un regard.
"Benda Bilili" n’est pas un film musical. C’ est une leçon de vie. C’est un hymne au talent et à la bonne humeur, quand ils peuvent comme ici, à force de volonté et de goût de la vie surmonter tous les obstacles.
Des quartiers misérables de Kinshasa jusqu’aux lieux de concerts branchés de Copenhague, l’avancée bancale des Benda Bilili nie sans angélisme, tous les clichés sur le handicap et sur la misère.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « L’âcre parfum des immortelles »
    Avec en toile de fond le souvenir toujours vif d’une passion amoureuse vécue à l’époque de mai 1968, Jean-Pierre Thorn remonte le fil du temps pour faire revivre les épisodes rebelles qui ont occupé... Lire la suite (22 octobre)
  • « Sorry we missed you »
    Ricky est un bosseur. Il est motivé par le souci d’apporter le meilleur confort possible à sa famille, sa femme aide-à-domicile dévouée aux personnes âgées qu’elle assiste et ses deux enfants, la sage et... Lire la suite (21 octobre)
  • « 5 est le numéro parfait »
    Pepino lo Cicero est un homme vieillissant. Ex tueur à gages de la Camorra, il a passé le relais à son fils qui gravit les échelons du crime organisé. Mais le jeune homme est froidement assassiné au... Lire la suite (20 octobre)
  • « Au bout du monde »
    Yoko, une très jeune femme, est reporter pour une émission de télévision très populaire au Japon. Ses recherches, en vue de prochaines tournages, l’amènent en Ouzbekistan où elle ne trouve pas de... Lire la suite (19 octobre)
  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)